Teigne

Présentation de la teigne

Teigne, maladie infectieuse liée à la présence de champignons
Teigne, maladie infectieuse liée à la présence de champignons

La teigne est une maladie infectieuse due à des dermatophytes qui sont des champignons microscopiques de la famille des Arthrodermataceae. Ces derniers, se nourrissant principalement de kératine, parasitent les zones du corps kératinisées dont la peau, les ongles, mais surtout les cheveux et les poils. L’infection se caractérise dans sa forme la plus fréquente par l’apparition sur la partie atteinte d’une plaque ronde nettement délimitée et dépourvue de poils ou de cheveux. Elle cause, en effet, la chute de ces derniers qui peut en outre être définitive ou non, selon le cas.

Ce type de mycose est en principe bénin, n’engendrant aucune conséquence grave sur la santé. Mais il est toutefois considéré comme gênant vis-à-vis de la société et peut parfois être handicapant à cause des symptômes qu’il engendre. Il est par ailleurs très contagieux, pouvant contaminer à tout âge, mais le plus souvent il affecte les enfants d’âge scolaire. Si cette infection est assez rare dans certains pays, dans d’autres elle est encore endémique. Il en est le cas en Afrique avec celle due au dermatophyte Trichophyton violaceum.

Causes de la teigne

Parmi toutes les espèces de champignons microscopiques connues comme pouvant être à l’origine de cette dermatophytose, il y a principalement ceux du genre Microsporum, Trichophyton et Epidermophyton.

Ceux-ci peuvent être classés en trois espèces :

Antropophile qui se transmet d’un sujet infecté à une personne saine soit directement, soit indirectement tel que par le biais des vêtements, d’une serviette, d’un canapé, d’une peigne, d’une piscine publique. Sont entre autres retrouvés dans cette catégorie T. rubrum, M. audouinii, E. floccosum ;
Zoophile, pouvant contaminé un homme entrant en contact avec un animal ou des poils infectés. Les plus couramment en cause d’une infection chez l’être humain dans ce groupe sont M. canis diffusés par les chats, T. mentagrophytes provenant des rongeurs, ou encore T. tonsurans ;
Géophile qui regroupe les dermatophytes issus du sol et qui peuvent parasiter l’homme. Parmi ceux-ci, il y a notamment T. gypseum, T. gloriae, T. terrestre.

Symptômes de la teigne

Les symptômes de la teigne dépendent de sa forme, tondante, suppurative, favique
Les symptômes de la teigne dépendent de sa forme, tondante, suppurative, favique

Les teignes peuvent prendre différentes formes selon le type :

Tondante : il s’agit de la forme la plus fréquemment rencontrée qui affecte surtout les zones pileuses du corps dont le plus souvent le cuir chevelu. Elle peut être reconnue par l’apparition de plaques apparemment chauves aux bordures clairement délimitées. Celles-ci peuvent prendre des tailles variables, mais en général elles sont grandes pouvant atteindre les 3 cm, voire plus. Elles sont recouvertes à leur surface de squames grisâtres recouvrant de courts cheveux de quelques millimètres. Aucune réaction inflammatoire n’est en outre observable au niveau de chaque lésion. Cette forme est pour la plupart des cas due à des espèces de mycoses provenant d’animaux domestiques dont chats et chiens ;
Suppurative, également appelée kérion. Elle se manifeste au début par l’apparition d’érythèmes squameux de taille importante. Au bout de deux semaines, chaque plaque devient une lésion pustuleuse qui laisse échapper du pus par l’orifice des poils à la pression. Ces lésions sont dépourvues de cheveux et présentent localement une inflammation avec rougeur et tuméfaction. Cette forme concerne le plus souvent les hommes et les touche surtout au niveau de leur barbe ;
Favique : caractérisée par l’apparition de nombreuses croûtes de couleur jaunâtre. Cette forme conduit également à la chute des cheveux mais à la différence des autres, cette chute est définitive, les cheveux ou les poils touchés ne vont plus repousser ;

Les teignes peuvent, par ailleurs, s’accompagner d’un gonflement des ganglions lymphatiques, mais en général il n’y a pas de fièvre. Des risques de surinfection ou de suppuration peuvent cependant compliquer l’atteinte. Ce qui survient surtout en cas de grattages. Elles ne laissent, par ailleurs, aucune trace importante à la guérison.

Traitement naturel de la teigne

Bien que bénignes, les teignes peuvent cependant nécessiter dans certaines formes une prise en charge spécifique notamment pour éviter que la lésion ne s’étende. Il en est le cas des teignes tondantes dont le traitement ne doit être négligé pour éviter l’extension des plaques ; les teignes suppuratives à l’inverse se résorbent d’elles-mêmes au bout de quelques temps et confèrent même au sujet une immunité sur le long terme.

Parmi tous les traitements préconisés en cas de teignes, il y a notamment :

– Étouffement de la mycose : Une publication avance que dans les cas où les lésions n’atteignent qu’une petite surface, étouffer les champignons sur les lésions peut suffire pour traiter l’infection. Pour cela, il suffit d’induire temporairement les zones touchées de l’huile ou de l’argile (1) ;
– Désinfection des effets du sujet : Pour éviter la transmission des mycoses ainsi qu’une recontamination, une bonne hygiène combinée à une désinfection minutieuse des objets qui ont pu être infectés est essentielle. L’usage de l’eau de javel est alors recommandé pour assurer que les peignes, vêtements, chapeau et autres objets pouvant être infectés soient correctement nettoyés (2) ;
– Cayenne et ail : Selon une publication, un mélange d’ail et de piment de Cayenne est efficace pour parvenir à bout de ce type de dermatophytose. Cet effet s’explique par l’action anti-fongique que ces deux plantes possèdent. Le remède consiste à appliquer quotidiennement au niveau de chaque lésion de l’ail écrasé auquel de la poudre de cayenne a été ajoutée (3) ;
– Souci et huile essentielle d’arbre à thé : Une autre publication met en évidence les propriétés antimycosiques du souci (Calendula officinalis) et de l’huile essentielle de tea tree qui sont bénéfiques en cas d’infection due a des champignons, dont les teignes. Le traitement préconisé à cet effet est une application topique du mélange de cinq gouttes de cette médication naturelle et d’une cuillère à café d’onguent du souci, deux fois par jour (4) ;
– Huiles essentielles de géranium Bourbon (Pelargonium asperum), de saro (Cinnamosma fragrans) et de niaouli (Melaleuca quinquenervia) : Une étude conclut par ailleurs sur l’efficacité de l’usage de ces trois produits pour la prise en charge de diverses dermatocytoses. Le remède consiste à utiliser sur les lésions une combinaison à parts égales de ces huiles diluée jusqu’à 30% avec de l’huile neutre (5).

Références

(1) Fuller LC, et al., « British Association of Dermatologists’ guidelines for the Management of tinea capitis.» 2014 , Br J Dermatol, 2014.
(2) « Teigne (dermatophytie).» Service de Dermatologie, CHUV, Faculté de Médecine Vétérinaire, Université de Montréal.
(3) Benkhnigue, O. « Etude Ethnobotanique des Plantes Médicinales dans la Région de Mechraâ Bel Ksiri (Région du Gharb du Maroc).» Acta Botanica, 2010.
(4) Encyclopédie des Plantes Médicinales, Larousse.
(5) Pidoux M. et al., « Topical treatment of dermatological affections by the essential oils of Geranium, Saro, Niaouli, Madagascar (Second part).» Phytothérapie Expérimentale, August 2015.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright