Cycloastragenol

Extrait de différentes espèces d’Astragale, le cycloastragenol – un aglycone des Astragalosides – est la seule molécule capable de rallonger les télomères. Comment agit-elle ? Possède-t-elle d’autres bienfaits santé ?

Cycloastragenol

Le cycloastragenol fait partie des plus puissants antioxydants que l’Homme ait découverts ; célèbre pour sa capacité de protéger et de réparer l’ADN et donc de ralentir le processus de vieillissement cellulaire. Ce pouvoir unique fait de cette molécule naturelle, une substance très plébiscitée tant par les fabricants de produits antiâges que par les consommateurs. À la différence des autres antioxydants qui, soit contrecarrent les effets des radicaux libres, soit protègent les cellules de ces susbtances ; le cycloastragenol agissent directement sur les télomères des chromosomes. Ce billet apporte plus d’informations sur son action antioxydante et ses autres bienfaits médicaux.

Présentation du cycloastragenol

Molécule issue d’une plante médicinale à effet antiâge

Le cycloastragenol est extrait de l'astragale, de la variété Astragalus membranaceus
Le cycloastragenol est extrait de l’astragale, notamment de la variété Astragalus membranaceus

Le cycloastragenol est extrait de la racine de l’astragale, et principalement de l’espèce Astragalus membranaceus de la famille des Fabacées. Il existe de nombreuses variétés d’Astragalus, mais cette dernière est la plus connue pour ses multiples bienfaits thérapeutiques. Ses pouvoirs ont été décrits pour la première fois dans l’ancien ouvrage chinois « Shennong bencao jing », il y a plus de 2000 ans avant notre ère. (1)

Durant des siècles, l’Astragalus membranaceus – répondant aussi aux noms d’A. propinquus et A. penduliflorus – fut utilisé par les Chinois comme énergisant ou « tonique Yang ». La plante fut baptisée du nom de « Huang Qi » et destinée à traiter les déficiences du « Qi » (énergie). Consommées en tisane, ses racines séchées renforcent l’énergie et facilite la guérison. Ceux qui pratiquaient la médecine traditionnelle chinoise ont déjà su depuis des lustres que cette plante est capable de renouveler et augmenter les cellules, très indiquée pour combattre les maladies infectieuses, soigner les blessures et prévenir l’affaiblissement des patients. Toujours dans la pharmacopée chinoise et asiatique, cette médication naturelle revêt des propriétés anti-inflammatoires, immunostimulantes, antivirales et cardioprotectrices.

Propriétés physiques et chimiques

Le cycloastragenol est un composé organique appartenant à la famille des sapogénines, qui sont des aglycones issus d’astragaloside IV une saponine majeure de l’astragale. Soulignons au passage que les sapogénines ou saponines sont des glycosides complexes (molécules nées de la condensation de sucre ose et de substances non glucidiques) naturellement produits par certaines plantes, reconnus pour leurs propriétés tensioactives. En tant que tel, elles sont capables de produire de la mousse et possèdent des caractères détergents et émulsifiants, à la manière du savon.

Le cycloastragenol présente une structure chimique proche de l'astragaloside IV
Le cycloastragenol présente une structure chimique proche de l’astragaloside IV

Pour ce qui est de ses propriétés physico-chimiques, cette molécule présente une structure très proche de celle de son parent, l’astragaloside IV, mais en version plus réduite et plus biodisponible. Sa masse molaire est de 490,72 daltons et sa formule chimique brute, C30 H50 O5. Il est connu sous d’autres appellations, telles que (3β, 6α, 9β, 16β, 20R, 24S)-20,24-Epoxy-9,1 9-cyclolanostan-3,6,16,25-tetrol

Comme il a été dit l’astragaloside IV est un des principes actifs de l’astragale, responsable de la plupart de ses propriétés médicales. Cette molécule est disponible à une quantité infime dans la racine de cette plante et son procédé d’extraction n’est pas une mince affaire ; ce qui explique son coût très élevé. D’autres substances actives y sont également présentes notamment des glycosides cycloartanes, désignés sous les noms d’astragalosides I à VII, des polysaccharides, des flavonoïdes et même des oligo-éléments.

> Notons que l’astragaloside IV se transforme en cyclostragenol, une fois dans le tractus gastro-intestinal par la réaction de déglycosylation.

Différence entre astragaloside IV et cycloastragenol

Quelle est la différence entre astragaloside IV et cycloastragenol ? C’est la question que posent souvent les consommateurs. Et pourquoi préférer ce dernier ?

Astragaloside, hétéroside du cycloastragenol
Astragaloside, hétéroside du cycloastragenol

Dans des termes plus clairs, le cycloastragenol est tiré de l’astragaloside IV. Comme il a été précédemment dit, l’astragaloside IV est un glycoside ou hétéroside, qui est formé à partir de la condensation de sucre qualifié glycone et d’une autre molécule non glucidique (non sucrée) dite aglycone ou génine ; reliés entre eux par liaison glycosidique. Le cycloastragenol est tout simplement le composé organique qui constitue la partie non glucidique de l’astragaloside IV, dans lequel le groupe ose est remplacé par un atome d’hydrogène. Autrement dit, il est son aglycone.

Les propriétés thérapeutiques de ces deux molécules sont proches mais pas les mêmes, toutes deux capables de ralentir le processus de vieillissement. Mais à la différence de l’astragaloside IV, le cycloastragenol est plus assimilable par l’organisme, présente une bioactivité plus élevée et peut rallonger les télomères.

Propriétés médicales du cycloastragenol

Le cycloastragenol et ses effets antiâge

Ce composé organique agit de 4 manières différentes pour lutter contre le vieillissement prématuré :

– Rallonger les télomères

Le cycloastragenol est la seule molécule capable d'agir sur les télomères
Le cycloastragenol est la seule molécule capable d’agir sur les télomères

Une de ses premières actions les plus connues est de rallonger les télomères qui se trouvent aux extrêmités de nos ADN, en stimulant la télomérase. C’est cette enzyme qui assure, en effet, la protection des chromosomes et des télomères qui se racourcissent progressivement à travers les âges, suite aux nombreuses divisions cellulaires. C’est leur détérioration qui conduit au vieillissement et à la mort de la cellule. Dans le même temps, nos organes et tissus constitués majoritairement de cellules vieillissent et leurs fonctions se dégradent.

Nombreuses sont les études qui ont mis en évidence la capacité du cycloastragenol à stimuler l’action de la télomérase ; et donc protéger les télomères et les chromosomes contre la perte des informations génétiques au moment des divisions cellulaires. Cette publication de 2014 a parlé de son effet sur des échantillons de kératinocytes néonatales humaines (principales cellules qui composent la peau et les phanères chez les nouveaux nés). L’utilisation de cet aglycone a conduit à une activation de la télomérase et une prolifération de ces cellules. En se basant sur cette propriété à activer la télomérase, les chercheurs l’ont employé sur des cellules neuronales de souris de laboratoires. Il a été constaté que cette molécule a empêché la destruction de ces dernières. L’administration orale d’une certaine quantité de cycloastragenol pendant 7 jours chez des souris dépressives a permis de protéger leurs cellules neuronales, de stimuler leurs télomérases et d’atténuer leur état dépressif. (2)

– Lutter contre la glycation

Le cycloastragenol protège contre la glycation des protéines, dont celle de l'hémoglobine
Le cycloastragenol protège contre la glycation des protéines, dont celle de l’hémoglobine

La glycation, désignée également sous les termes de « réaction de Maillard » ou « glycation non enzymatique des protéines », est reconnue scientifiquement comme l’une des causes majeures du vieillissement tissulaire après l’oxydation et le déclin hormonal. C’est aussi l’un des principaux facteurs de développement des maladies dégénératives de notre génération, telles que cataracte, rétinopathie diabétique, insuffisance rénale, vieillissement vasculaire et tout le reste. Cette réaction naturelle de l’organisme se produit dans le cadre d’une hyperglycémie, notamment chez les personnes diabétiques. Elle se traduit par une caramélisation des protéines sanguines, dont l’hémoglobine en particulier, en présence de sucres et conduit à la formation de composés brunis dits PTG (Produits Terminaux de Glycation) ou Produits d’Amadori, très dangereux pour la santé. Les chercheurs ont découvert que le cycloastragenol peut combattre contre les effets néfastes de la glycation en inhibant la formation des PTG, tels que la pentosidine et la N-ε carboximetil-lisine.

L’une des publications scientifiques ayant mentionné son pouvoir protecteur contre la glycation est celle-ci, datant de 2009. Motomura K et son équipe ont essayé d’utiliser les différentes molécules qu’ils ont isolées des racines d’Astragalus membranaceus. Seuls cet aglycone et son hétéroside ont été capables d’inhiber de manière significative la formation de PTG issus d’une réaction de Maillard chez des souris diabétiques. La prise de ces principes actifs a permis, par ailleurs, de prévenir les complications liées au diabète. (3)

– Agir contre le stress oxydatif

Le stress oxydatif, appelé également stress oxydant, constitue un autre agresseur pour nos cellules et peut causer également des maladies, telles que cancer et troubles cardiovasculaires. C’est un facteur non négligeable de mutagenèse et d’inflammation tissulaire. En guise de rappel, ce phénomène naturel de l’organisme est dû à la présence d’espèces réactives oxygénées (ROS), dont les radicaux libres, en très forte quantité. Ces polluants pénètrent dans notre corps par les voies respiratoires, ou via les aliments que nous consommons, et finissent par submerger notre système de défense. Il est connu scientifiquement que les antioxydants, dont fait partie le cycloastragenol, peuvent limiter les effets délétères de ces ROS.

Les revues scientifiques qui ont mis en avant l’action antioxydante du cycloastragenol ne manquent pas non plus. Souvent ses effets contre les ROS ont été combinés à ceux de l’astragaloside IV. Il a été observé lors de cette étude les différentes actions de ces molécules sur des cellules progénitrices endothéliales dans le cadre d’un stress oxydant induit par des lipoprotéines de basse densité oxydative (Ox-LDL). Ces échantillons de cellules ont été départagés en deux groupes dont l’un servait de témoin, et l’autre recevait 2,10 à 5 µg/ml de ces substances actives. Les résultats observés 24 h après l’ajout de ces molécules antioxydantes ont montré une meilleure capacité proliférative des cellules du second groupe, un taux plus élevé de superoxyde dismutase (SOD, enzyme capable de lutter contre les ROS), et une importante diminution des espèces radioactives oxygénées, dont le malondialdéhyde. (4)

– Empêcher le photovieillissement dû aux UV

Le cycloastragenol prévient le photovieillissement de la peau dû aux UV
Le cycloastragenol prévient le photovieillissement de la peau dû aux UV

Une autre action antiâge du cycloastragenol remarquée par les scientifiques est de prévenir le photovieillissement de la peau dû à des expositions répétées aux UV du soleil ou UV artificiels, destinés au bronzage. Contrairement au vieillissement naturel de la peau, qui se fait progressivement au fil des âges, ce phénomène entraine un vieillissement prématuré et accéléré de cet organe. Ce n’est pas tout, les structures de la peau se retrouvent également modifiées et l’épiderme devient sujet à la formation de diverses imperfections (rides, taches de rousseur, dyspigmentation, perte d’éslasticité due à un faible taux de collagène, etc.), voire susceptible de développer un cancer.

Divers chercheurs ont observé le mécanisme d’action de cet aglycone contre les effets des UV sur la peau. Dans cette étude, par exemple, des scientifiques ont mis en culture des fibroblastes humains (cellules du tissu conjonctif), et les ont partagé en quatre groupes. Le premier a servi de témoin, le second a été soumis à une dose de cycloastragenol, le troisième exposé aux UV, et le dernier, à la fois irradié et traité avec cette molécule. Il a été remarqué que les cellules exposées aux ultraviolets présentent une durée de vie plus courte. Les cellules traitées au cycloastragenol, en revanche, ont présenté une meilleure durée de vie. Ce composé organique a inhibé l’activité des métalloprotéinases qui sont connus comme pouvant favoriser la dégradation des tissus et la perte de collagène. Il a été aussi noté que la présence de cette molécule a permis de réduire le taux de l’enzyme β-galactosidase, induite par les UV, qui est pourtant un facteur non négligeable du vieillissement tissulaire.

Cycloastragenol et diabète

Des scientifiques ont aussi prouvé l’effet bénéfique du cycloastragenol en cas de diabète de type 2, cette maladie dégénérative qui touche une part importante de la population mondiale depuis quelques années, du fait de l’adoption d’un style de vie malsain et d’un régime alimentaire non hygiénique. L’excès de sucre dans le sang, dû à la mauvaise utilisation de glucose par l’organisme, favorise pourtant le développement d’autres maladies. Parmi les complications du diabète les plus fréquemment rencontrées et les plus dangereuses, il y a entre autres la néphropathie diabétique qui peut engendrer une insuffisance rénale chronique, ainsi que la rétinopathie diabétique qui peut provoquer une cécité. Il a été démontré que cet extrait d’astragalus membranaceus peut protéger l’organisme contre les effets délétères de ces maladies.

Une revue scientifique a, par exemple, souligné que l’astragaloside IV et son aglycone a pu protéger les reins des rats de laboratoires expérimentés souffrant de diabète, contre le développement d’une néphropathie diabétique en agissant directement au niveau des cellules et en inhibant l’activité des protéines chargées des réponses inflammatoires, telles que la NF-kB (6). Chez les sujets diabétiques développant une rétinopathie, cette substance active a préservé l’intégralité des vaisseaux sanguins ultra fins de la rétine et prévenir l’apoptose des cellules de cette partie de l’œil. (7)

Autres propriétés médicales

Bien que la majorité des essais cliniques se soient surtout concentrés sur l’action antiâge du cycloastragenol, quelques revues scientifiques ont aussi cité dans leurs lignes d’autres propriétés médicales de cette molécule, telles que ses actions positives en cas de troubles digestifs et nerveux, sa faculté de prévenir les maladies neurodégénératives à la manière de la maladie d’Alzheimer, son pouvoir de limiter la prolifération des cellules cancéreuses, et son effet protecteur contre la chute capillaire.

Bien choisir son cycloastragenol en gélules

Le TA-65, une marque très étudiée de cycloastragenol

Les marques de cycloastragenol qui circulent sur le marché sont innombrables, mais une seule a fait l’objet de nombreuses expérimentations et est, par ailleurs, connue comme étant la plus efficace. Il s’agit du fameux TA-65. Pendant longtemps, certains ont cru que ce produit ne renfermait pas de cycloastragenol, ou contenait d’autres substances actives ; mais des preuves tangibles ont été fournies par la firme américaine TA Sciences – d’ailleurs d’autres laboratoires de contrôle l’ont confimé – c’est du cycloastragenol pur. Le laboratoire analytique américain Intertek fait partie de ceux qui ont procédé à l’analyse par exemple, et ses chercheurs y ont décelé 5 mg de cette molécule pour chaque gélule. En 2013 aussi, la compagnie spécialiste en compléments alimentaires RevGenetics a prouvé au grand public que TA-65 est bel et bien du cycloastragenol pur extrait de la plante astragale. (8)

Les qualités distinctives du TA-65 :

– Comparé à d’autres produits, tels qu’une gélule de cycloastragenol pur à 98 % de 50 mg, de 2 gélules de cycloastragenol titré à 50 % de 10 mg, et de l’extrait de racine d’astragale de 500 mg ; le TA-65 présente une meilleure biodisponibilité. Comme le montre la courbe ci-après, cette molécule a atteint son taux de concentration maximal sanguin 5 heures après l’administration.

Biodisponibilité et capacité d'absorption du cycloastragenol TA-65, comparées à celles d'autres produits
Biodisponibilité et capacité d’absorption du cycloastragenol TA-65, comparées à celles d’autres produits

– L’aire sous la courbe est bien plus importante, que celle des autres produits ; ce qui signifie que la totalité du TA-65 a été assimilée. Sa capacité d’absorption s’explique, d’une part par sa pureté élevée à hauteur de 98 %, et d’autre part par sa taille minuscule inférieure à 2,5 microns : il est micronisé.
– En revanche le TA-65 renferme quelques excipients chimiques tels que le stéarate de magnésium et son prix est particulièrement prohibitif : fixé  à 499€ en Europe. Nous vous conseillons alors de vous orienter plutôt vers d’autres produits totalement similaire en suivant ces quelques critères :

Critères à prendre en compte au moment de l’achat

Les quelques critères suivants sont à prendre en compte pour bénéficier de tous les bienfaits apportés par cette molécule naturelle :

– Préférer les extraits d’astragale avec un pourcentage élevé en cycloastragenol : ex: 98%. Seules les gélules avec une pureté proche des 100 % peuvent avoir des répercussions sur les télomères. De plus le grade de pureté joue énormement sur la faculté d’absorption (CF le graphique du paragraphe précédent).
– Attention, les gélules d’astragaloside IV ou les poudres d’astragale séchées ne présentent pas les mêmes effets que ce composé organique. Ces produits n’en contiennent qu’une très faible teneur ; donc peu efficaces.
– Se méfier des produits trop bon marché. L’extraction de cette molécule requiert une technique compliquée et à un coût particulièrement élevé. Autrement dit, il est impossible de trouver des gélules de cycloastragenol pur à petit prix.
– Privilégier les extraits micronisés avec une taille relativement réduite, en micromètre. Cet aglycone est, en effet, faiblement absorbé par l’organisme et présente une biodisponibilité très limitée. Le cycloastragenol micronisé est plus facile à assimiler, et donc plus efficace.
– Idéalement, préferer une marque sans additifs ou excipients de synthèse.
– Considérer la méthode de purification de cet extrait. Il faut s’assurer que le fabricant ait opté pour une technique sûre et naturelle, n’utilisant aucune substance chimique dangereuse pour la santé : aucun solvant de catégorie 1 ou 2.

> En conclusion, nous vous conseillons de vous orienter vers les marques qui utilisent du cycloastragenol pur à 98% micronisé.

Cycloastragenol : Posologie

La posologie recommandée est de 10 mg par jour, soit une gélule de cycloastragenol micronisé à 98 %. Il est conseillé de prendre cette dose en dehors des repas. Le dosage peut être augmenté à 2 ou 3 gélules pour les sujets âgés de plus de 60 ans pour rallonger les télomères et combattre contre le vieillissement des cellules.

Bien choisi et pris selon les recommandations, le cycloastragenol ne présente aucun danger à l’organisme. Attention toutefois, cette molécule est proscrite aux femmes enceintes et allaitantes. Il ne serait également pas vraiment efficace pour les personnes de moins de 25 ans.

Une molécule naturelle sans danger ?

Le fabricant du TA-65 (TA Sciences) a déposé en janvier 2014, un dossier demandant l’autorisation de faire de sa molécule de cycloastragenol un « Novel Food » ou « Novel Food Ingredient », destiné à la conception de compléments alimentaires antiâge. Il a apporté des preuves que le cycloastragenol administré à une dose de 150 mg/ kg de poids corporel/jour chez des rats de laboratoires, n’a occasionné aucun effet secondaire que ce soit tant sur le système cardiovasculaire de ces animaux que sur d’autres organes et tissus de leurs corps. (9)

 

Références

(1) Shennong bencao jing, Classique de la matière médicale du Laboureur Céleste. Vieil ouvrage chinois sur les médications végétales, minérales et animales. Compilation écrite entre 372-288 av.J.-C.
(2) IPFC et al. « Le cycloastragénol, un puissant activateur de la télomérase dans les cellules neuronales: implications pour la gestion de la dépression ». Neurosignals, 2014.
(3) Motomura K et al. « L’astragaloside isolé de la racine d’Astragalus radix inhibe la formation de produits finaux de glycation avancés ». J Agric Food Chem, 2009.
(4) Ji KT et al. « Effet de l’astragaloside et de son aglycone sur les dommages oxydatifs sur les cellules endothéliales ». Dossier en Chinois. 2011.
(5) Liu X et al. « Effets protecteurs de l’astragaloside contre le photovieillissement induit par l’ultraviolet A dans les fibroblastes humains ». 2011.
(6) Lu W.S et al. « Effet de l’astragaloside IV et de son aglycone sur la néphropathie siabétique chez le rat ». GMol Res, 2015, 14: 5427-5434.
(7) Ding Y. et al. « Effets protecteurs de l’astragaloside IV et du cyclostragénol sur des souris diabétiques atteintes de rétinopathie diabétique ». PloS un 9 (11).
(8) « Is TA-65 the same as Cycloastragenol ? ». March 2014, RevGenetics Memo.
(9) Dossier : « Application for the Placing on the Market of Cycloastragenol-TA65 as a Novel Food and Novel Food Ingredient pursuant to Article 4 of Regulation 258/97 » Laboratoires TA Sciences, January 31, 2014.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright