Acouphène

Présentation de l’acouphène

L’acouphène, est un son plus ou moins important qu’une personne peut percevoir indépendamment de l’environnement extérieur. Selon le cas, il peut s’agir d’un sifflement, d’un tintement, d’un chuintement ou encore d’un bourdonnement ressenti au niveau de l’un ou des deux oreilles. Pour ce qui est de sa fréquence, l’acouphène peut être temporaire, intermittent ou continu. Si l’apparition d’acouphène a longtemps été associée avec l’âge, aujourd’hui l’exposition sonore de plus en plus fréquente de certaines personnes a largement fait augmenter la prévalence.

Acouphène
Acouphène : son ou bourdonnement perçu indépendamment de l’environnement extérieur

Types d’acouphènes et causes

Le type d’acouphène le plus rencontré est celui dit subjectif. Dans ce cas, le son n’est alors perceptible que par le sujet. Nombreuses peuvent en être les raisons.

– Une presbyacousie qui est une diminution de la faculté auditive avec l’âge.
– Un traumatisme au niveau du crâne suite à une fracture.
– Une hyperacousie qui est une amplification anormale de la perception des sons. Ce trouble se manifeste notamment après un important traumatisme sonore.
– Une perturbation au niveau de la cochlée provoquant une ondulation des cils sans qu’il n’y ait de bruit ; c’est ce faux signal transmis au nerf auditif qui cause alors l’acouphène.
– Une exposition répétée aux bruits ; ce qui est entre autres le cas des musiciens et des DJ.
– Une hypersensibilité à l’effet magnétique produit par le courant électrique.
– Un surmenage, le stress, et autres troubles psycho-émotionnels.
– Une hypertension
– Un bouchon de cérumen

L’acouphène dit objectif est un type moins fréquent. Le son peut, dans tel cas, être perçu par une autre personne que le sujet lui-même. Il en existe diverses causes.

– Une circulation sanguine anormale localisée près de l’oreille peut être à l’origine d’un acouphène pulsatile. Il pourrait, dans de rares cas, s’agir d’un symptôme d’un anévrisme carotidien.
– Une malformation vasculaire au niveau de l’oreille interne.
– Des spasmes au niveau de l’oreille moyenne.
– Une lésion de la cochlée qui peut nécessiter une intervention chirurgicale.

L’acouphène peut, en outre, être le symptôme de certaines maladies dangereuses dont une otite aiguë, une otosclérose, la maladie de Menière et des infections auditives chroniques.

Traitements de l’acouphène

Selon le cas, le traitement adopté peut être sonore, qui est d’ailleurs le plus préconisé, ou médicaux.

– L’une des thérapies acoustiques qui ait fait ses preuves est la Tinnitus Retraining Therapy. Elle consiste à faire habituer le sujet avec le bourdonnement en le masquant avec un autre son (1). Moins l’attention est portée sur l’acouphène, moins il serait gênant. Un générateur de son à faible intensité est donc implanté dans le cadre de ce traitement pour éviter le silence et la concentration sur l’acouphène.
– Si le trouble est accompagné d’une perte d’audition, un implant cochléaire peut s’avérer être nécessaire (2).
– Une expérience a permis de démontré qu’une deep brain stimulation ou stimulation cérébrale profonde par le biais d’électrodes implantées dans le cerveau a des effets positifs sur cette maladie (3).
– Des antianxiolytiques et antidépresseurs sont prescrits dans le cadre des traitements médicaux d’acouphène dans le cas où le patient présente des troubles psychologiques (4).
– Un traitement local par corticoïde pourrait être suivi sur une courte période si l’acouphène survient après un accident.

Référence :

(1) Hobson J., Chisholm E. et El Refaie A., « Sound therapy (masking) in the management of tinnitus in adults. », Cochrane Database of Systematic Reviews, No 12,‎ 2010, CD006371.
(2) Baguley D.M., Atlas M.D., « Cochlear implants and tinnitus », Progress in Brain Research, 2007; 166 : 347-355.
(3) Shi Y., Burchiel KJ, Anderson VC, Martin WH, « Deep brain stimulation effects in patients with tinnitus », Otolaryngology Head Neck Surgery, 2009 ; 141:285-287.
(4) Baldo P., Doree C., Lazzarini R., Molin P., McFerran D., « Antidepressants for patients with tinnitus », Cochrane Database Systematic Reviews, No 4, 2006, CD003853.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright