Traitements naturels de l’acouphène

Bien que sans gravité dans la majorité des cas, l’acouphène nécessite un traitement du fait de la gêne qu’il peut occasionner. Les lignes suivantes présentent les techniques et remèdes naturels efficaces pour prévenir ou soigner l’atteinte.

acouphène
L’acouphène peut être soulagé avec des méthodes et traitements naturels

Évitement des volumes sonores importants

Éviter tout type de bruits trop élevés peut aider à prévenir la survenue de lésion auditive dont les acouphènes. En effet, l’exposition des oreilles à un son élevé peut rapidement abîmer les cellules ciliées. Ce qui va conduire à des acouphènes chroniques. Il est alors, entre autres, conseillé de s’abstenir d’écouter de la musique avec un volume même moyennement élevé. L’usage de bouche-oreille ou de casque est, en outre, indiqué si les oreilles doivent être exposées à un bruit important. Il en est le cas lors de l’usage d’outils utilisés dans le cadre de certains métiers. Il en va de même durant un concert de rock.

Évitement de la prise prolongée de certains médicaments

La prise prolongée de certains médicaments peut aussi provoquer des acouphènes, chez certains sujets. Il en est le cas de l’ibuprofène et des anti-inflammatoires non stéroïdiens. C’est notamment ce qui se produit lorsqu’ils sont pris à un fort dosage sur une période de temps assez longue. Mieux vaut consulter son médecin, dans de telle situation.

Utiliser des compléments alimentaires :

Mélatonine

Lors de quelques essais cliniques, il a été prouvé que la prise quotidienne de mélatonine est bénéfique en cas d’acouphènes. D’une part, on a constaté une diminution du son perçu par les sujets observés (1). D’autre part, ceux-ci ont vu leur trouble d’endormissement s’améliorer (2). Le dosage utilisé lors de ces études était de 3 mg par jour.

Ginkgo

Dans les formes d’acouphènes secondaires à des troubles vasculaires, des études avancent les bienfaits du ginkgo biloba. Ceci s’explique par la capacité de cette plante à améliorer la circulation du sang au niveau des capillaires cérébraux. On a prescrit aux sujets mis en observation 160 mg d’extraits normalisés de la plante. (3) La réelle efficacité de ce traitement reste, toutefois, très controversée. (4)

Zinc

Au cours de quelques études, il a été constaté que des cas d’acouphènes chez les personnes âgées étaient associés à une carence en zinc. Les chercheurs ont donc suggéré la prise de suppléments afin d’apaiser les sons perçus. (5) Certaines observations avancent, cependant, que la véritable action de ce minéral dans la survenue de l’atteinte n’est pas clairement identifiée (6). D’autres affirment, en outre, que certains patients ne présentent aucun déficit en zinc (7).

Thérapies acoustiques

Certains préconisent également des moyens de traitement acoustique pour prendre en charge des cas d’acouphènes. L’une des thérapies qui aient fait ses preuves est la Tinnitus Retraining Therapy. Elle consiste à faire habituer le sujet avec le bourdonnement en le masquant avec un autre son (8). Moins on porte l’attention sur l’acouphène, moins il serait gênant. Un générateur de son à faible intensité est donc implanté dans le cadre de ce traitement. L’objectif étant d’éviter le silence et la concentration sur l’acouphène.

Prévenir tout risque d’aggravation

L’abstention de toutes substances connues comme pouvant aggraver les acouphènes est conseillée même dans les formes légères de l’affection. Le tabac, le café, l’alcool notamment figurent parmi celles-ci. Les situations pouvant favoriser le stress ou l’anxiété doivent également être évitées. En outre, en cas d’hyperacousie, il n’est pas recommandé de s’isoler pour s’éloigner de toute source de bruit. Il en est de même du port de bouche-oreille. Ceux-ci peuvent, en effet, rendre les oreilles plus sensibles et empirer l’atteinte.

Par ailleurs, dans les formes chroniques d’acouphènes, il est conseillé au sujet d’apprendre à détourner l’attention du son perçu. S’exercer à ne plus l’écouter peut même, en effet, aider à traiter cette anomalie. Il s’agit, d’ailleurs, de la meilleure technique pour prévenir la survenue de toute complication dont la dépression.

Référence

(1) Neri G. et al. «Traitement des acouphènes central et sensorineural avec de la mélatonine et du sulodexide administrés par voie orale: expérience personnelle tirée d’une étude contrôlée randomisée.» Acta Otorhinolaryngol Ital. 2009.
(2) Megwalu UC, et al. «Les effets de la mélatonine sur les acouphènes et le sommeil.» Otolaryngol Head Neck Surg. 2006.
(3) Hilton M. et al. «Ginkgo biloba pour les acouphènes.» Base de données Cochrane Syst Rev. 2004
(4) Smith PF et al. «Extraits de ginkgo biloba pour acouphènes: plus de battage que d’espoir? »J Ethnopharmacol. 2005.
(5) Ochi K et al. «Carence en zinc et acouphènes.» Auris Nasus Larynx. 2003.
(6) Paaske PB, et al. «Traitement des acouphènes par le zinc: étude contrôlée par placebo.» Ugeskr Laeger. 1990.
(7) CB Cohoho et al. «Le zinc comme traitement possible des acouphènes.» Prog Brain Res. 2007.
(8) Hobson J., et al. «Thérapie sonore (masquage) dans la gestion des acouphènes chez les adultes. », Base de données des revues systématiques Cochrane, 2010.

error: Contenu protégé sous copyright