Douleur à l’aine

Présentation de la douleur à l’aine

Une douleur à l’aine est un symptôme courant, pouvant être passager ou non, notamment si elle est d’origine pathologique.

Douleur à l'aine : Douleur ressentie au niveau de la jonction du bas de l'abdomen et du haut de la cuisse
Douleur à l’aine : Douleur ressentie au niveau de la jonction du bas de l’abdomen et du haut de la cuisse

Localisée de chaque côté du corps, au niveau de la jonction du bas de l’abdomen et du haut de la cuisse, l’aine est une zone desservie par un bon nombre de nerfs. Une douleur ressentie à cet endroit peut, de ce fait, soit provenir de l’un de ces nerfs, soit irradier d’un point plus éloigné. Une atteinte des tissus adjacents peut également en être la cause. Les facteurs pouvant expliquer une éventuelle douleur inguinale sont alors nombreux.

Causes d’une douleur à l’aine

Il est possible de classer les causes d’une douleur au niveau de la zone inguinale suivant le tissu affecté.

Atteinte nerveuse

névralgie crurale ou cruralgie est la cause la plus fréquente d’une douleur à l’aine. Elle est due à la compression du nerf fémoral, secondaire à l’irritation d’une racine nerveuse. C’est notamment ce qui se produit en cas d’hernie discale, de traumatisme, de névrite au niveau du dos ou des vertèbres ;
– discopathies ou affaissement des disques intervertébraux pouvant comprimer des nerfs et entrainer des douleurs inguinales ;

Atteinte des articulations

– coxarthrose (arthrose de la hanche) ;
– bursite trochantérienne qui est une inflammation d’une ou de plusieurs bourses séreuses du trochanter ;

Atteinte musculaire

– tendinite dont la pubalgie qui est une inflammation d’un ou de plusieurs tendons au niveau de la cuisse, de l’abdomen ou du bassin ;
– claquage et entorse musculaire ;

Atteinte infectieuse

– infection virale, parasitaire ou bactérienne telle qu’en cas de zona, de toxoplasmose ;
– infection urinaire ;
– infection génitale du type vaginite ;
– pathologie génitale dont les maladies sexuellement transmissibles ;
– cancer pouvant affecter l’appareil génital ;
– morsure ou piqûre dans la région inguinale.

Manifestations d’une douleur à l’aine

Manifestation de la douleur à l'aine : fourmillements entre les jambes, apparition de ganglions, etc
Manifestation de la douleur à l’aine : fourmillements entre les jambes, apparition de ganglions, etc

Une douleur inguinale peut se manifester de diverses manières suivant la cause sous-jacente.

– douleur intermittente ;
– douleur irrégulière ;
– douleur plus intense en position assise en cas de cruralgie ;
– douleur plus importante lors d’un mouvement articulaire en cas d’inflammation de la bourse séreuse ;
– douleur majorée à l’effort en début de coxarthrose ;
– fourmillement le long de l’intérieur de la cuisse ;
– fourmillement dans les jambes ;
– perte de sensibilité ;
– en cas d’infection et de maladie urinaire ou génitale, des ganglions peuvent se former au niveau de la zone inguinale.

Traitements d’une douleur à l’aine

Quelque soit la cause de la douleur à l’aine il est préférable d’arrêter temporairement la participation à des activités sportives. Le repos est en effet essentiel pour guérir les tensions ou les entorses à l’aine. Pour calmer l’inflammation, vous pouvez placer un sac de glace, enveloppés dans une couche protectrice telle qu’une serviette, sur la zone douloureuse pendant 20 à 30 minutes, 2 à 4 fois par jour.

Parmi les traitements conventionnels, on notera qu’il est souvent prescris des médicaments comme l’ibuprofène ou l’acétaminophène, mais toujours uniquement dans un but de calmer l’inflammation et la douleur.

Traitements naturel

Pour un traitement naturel de fond, une douleur à l’aine se traitera en fonction de sa cause :

– d’après quelques études scientifiques menées sur le zona, l’application locale d’une crème à base de cayenne permettrait de réduire significativement les douleurs (1) ;
– d’autres études ont également conclu que le cayenne, grâce à la capsaïcine qu’il contient en abondance, serait à même d’apaiser les douleurs d’une arthrose et d’autres atteintes articulaires (2) ;
– plusieurs études ont conclu qu’en cas de claquage musculaire, des suppléments de bromélaïne, extraite de l’ananas comosus, peuvent aider à soulager l’inflammation et la douleur (3) ;
– pour d’autres études, une application locale de consoude serait aussi efficace pour apaiser les douleurs musculaires (4) ;
– l’application locale de menthe poivrée serait, en outre, réputée pour apaiser les douleurs causées par une névralgie (5) ;
– en cas d’infection urinaire, l’échinacée est reconnue par l’Organisation mondiale de la Santé tant pour pour prévenir que pour traiter l’infection (6) ;
– selon quelques essais cliniques, la prise de coenzyme Q10 (sous sa forme active : ubiquinol) permettrait d’améliorer la défense immunitaire chez les séropositifs et les sidéens (7). La bonne gestion du stress (8) et la pratique régulière d’activités physiques (9) auraient également des effets très bénéfiques.

 

Références

(1) Rains C., Bryson H.M., « Topical capsaicin. A review of its pharmacological properties and therapeutic potential in post-herpetic neuralgia, diabetic neuropathy and osteoarthritis.», Drugs Aging.,1995 Oct ; 7(4):317-28.
(2) Zhang W., Moskowitz R.W., Nuki G. et al., « OARSI recommendations for the management of hip and knee osteoarthritis, Part II: OARSI evidence-based, expert consensus guidelines.», Osteoarthritis Cartilage., 2008 Feb ;16(2):137-62.
(3) Masson M., « Bromelain in blunt injuries of the locomotor system. A study of observed applications in general practice», .Fortschr. Med.,1995 Jul 10;113(19):303-6.
(4) Koll R, Klingenburg S., « Therapeutic characteristance and tolerance of topical comfrey preparations. Results of an observational study of patients.», Fortschr. Med. Orig., 2002;120:1-9.
(5) « WHO monographs on selected medicinal plants, volume 2.», World Health Organization, Geneva, 2003.
(6) Organisation mondiale de la Santé, « WHO Monographs on Selected Medicinal Plants.», Volume 1, Suisse, 1999.
(7) Folkers K, Hanioka T. et al., « Coenzyme Q10 increases T4/T8 ratios of lymphocytes in ordinary subjects and relevance to patients having the AIDS related complex.», Biochem Biophys Res Commun.,1991 Apr 30;176(2):786-91.
(8) Antoni M.H., Cruess D.G. et al., « Stress management and immune system reconstitution in symptomatic HIV-infected gay men over time : effects on transitional naive T cells (CD4(+)CD45RA(+)CD29(+)).», Am J Psychiatry, 2002 16. Jan ; 159(1):143-5.
(9) Ramirez-Marrero F.A., Smith B.A. et al., « Physical and leisure activity, body composition, and life satisfaction in HIV-positive Hispanicsin Puerto Rico.», J Assoc Nurses AIDS Care. 2004 Jul-Aug;15(4):68-77.