Expectoration

Présentation de l’expectoration

Expectoration, expulsion des sécrétions pathologiques en provenance des poumons et des bronches
Expectoration, expulsion des sécrétions pathologiques en provenance des poumons et des bronches

L’expectoration désigne l’expulsion par les voies aériennes et la bouche des sécrétions pathologiques provenant des bronches et des poumons. Il s’agit d’un symptôme très fréquemment retrouvé lors d’une infection de l’appareil respiratoire. Généralement associée à des toux, il survient suite à la remontée des sécrétions infectées grâce au drainage assuré par les cils bronchiques. Il permet dès lors l’élimination vers l’extérieur de ce qui peut encombrer les voies respiratoires tout en favorisant la guérison.

Ce symptôme est souvent confondu au crachat qui correspond en fait au simple rejet de sécrétions buccales, de la sphère ORL et des voie aériennes basses par la bouche. Il doit également être distingué des éventuels liquides qui peuvent provenir du système digestif.

Causes de l’expectoration

Les principales causes d’expectorations sont surtout les diverses maladies respiratoires. Certains facteurs externes peuvent, cependant, également être à l’origine de ce symptôme.

– Rhume ;
Grippe ;
Asthme ;
– Bronchite ;
Pneumonie ;
– Tuberculose ;
– Fibrose kystique ;
– Œdème du poumon ;
Abcès ;
– Gangrène pulmonaire ;
– Infarctus pulmonaire ;
– Dilatation des bronches ;
– Mauvaise hygiène de vie dont principalement le tabagisme ;
– Tabagisme passif ;
– Mauvaise aération du logement ;
– Fumée provenant de chauffage en bois ;
– Exposition fréquente à la poussière, à des gaz et autres substances qui peuvent irriter les voies aériennes ;
– Pollution ;
– Moisissure.

Manifestations de l’expectoration

Manifestations de l'expectoration : sécrétions plus ou moins épaisses, purulentes, présence de sang, muqueuses, ...
Manifestations de l’expectoration : sécrétions plus ou moins épaisses, purulentes, présence de sang, muqueuses, …

Les expectorations peuvent prendre différentes formes suivant la cause.

– Plus ou moins épaisses ;
– Muqueuse comme en cas de bronchite, d’asthme ;
– Quantité plus ou moins importante ;
– Mousseuses comme en cas d’œdème du poumon ;
– Gélatine rose à rouge en cas de pneumonie causée par Klebsiella pneumoniae ;
– Présence de sang comme en cas de tuberculose, de peste pulmonaire, d’embolie pulmonaire ;
– Purulentes ou non ;
– Présence de grains assez fins en cas d’affections des bronches ;
– Coloration rouge tel qu’en cas de blessure sur un segment des voies aériennes, de cancer ;
– Coloration rosée dans certaines formes de pneumonie, d’œdème ;
;
– Coloration jaunâtre comme en cas d’atteinte des bronches, de bronchite ;
– Coloration verdâtre en cas d’infection bactérienne ;
– Coloration noire ;
– Coloration rouille en cas de pneumonie ou de problème de vascularisation au niveau des poumons ;
– Odeur nauséabonde en cas d’abcès d’un des poumons ;
– Avec respiration sibilante en cas d’asthme ;
Dyspnée en cas d’œdème des poumons entre autres.

Traitements de l’expectoration

Le traitement des expectorations dépend essentiellement de la cause. Certains remèdes peuvent également être utilisés pour favoriser leur évacuation.

– Selon une étude, l’inhalation de la vapeur d’une infusion de camomille allemande peut non seulement calmer l’irritation des voies aériennes mais également faciliter l’expulsion des sécrétions (1) ;
– Une autre étude met en évidence l’efficacité du lierre grimpant (Hedera helix) pour favoriser également l’évacuation des mucus ainsi que pour apaiser l’inflammation et les spasmes affectant l’appareil respiratoire (2) ;
La lobélie (Lobélia inflata) est avancée dans une publication comme pouvant prendre en charge diverses maladies respiratoires et une importante sécrétion bronchique. Elle présente également certains bienfaits en cas d’asthme ; (3)
– En cas d’infection des voies aériennes, diverses études reconnaissent l’efficacité de prendre quotidiennement de l’ail. Ce traitement est également bénéfique pour la prévention du rhume ; (4)
– Certains scientifiques suggèrent, par ailleurs, d’apporter certaines réformes dans les habitudes alimentaires pour réduire la sécrétion de mucus. Parmi celles-ci, il a été entre autres avancé de réduire voire éviter la consommation de sucre, de farine raffinée et des produits laitiers (5) ;
– D’autres études mettent, en outre, en évidence l’efficacité de l’application d’un cataplasme à la moutarde sur le dos ou sur le thorax. Ce remède permet à la fois de stimuler le drainage des sécrétions pathologiques tout en calmant les douleurs. La mourtarde ne doit pas, toutefois, être appliquée directement sur la peau mais mélangée avec un peu d’eau et de farine puis étaler sur un linge. (6)

Dans tous les cas, les traitements contre les toux doivent être évités car ceux-ci vont empêcher l’évacuation des mucus et peuvent retarder la guérison d’une infection.

Références

(1) Balch PA. Prescription for herbal healing, Avery, États-Unis, 2002,
(2) Blumenthal M, et al., (Ed).Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, Integrative Medicine Communications, USA, 2000.
(3) Clark CE, et al., « Herbal Interventions for Chronic Asthma in Adults and Children : A Systematic Review and Meta-analysis.», Prim Care Respir J. 2010 July.
(4) ESCOP monographs, The scientific foundation for herbal medicinal products, Second Edition, ESCOP/Thieme, 2003.
(5) Dr Weil, Polaris Health (Ed). Q & A Library – Why Not Drink Milk?
(6) Ernst E (Ed)., The complete book of symptoms and treatments.», Element Books Limited, Angleterre, 1998.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright