Narcolepsie

Présentation de la narcolepsie

Narcolepsie, pathologie se caractérisant par une perturbation du temps de sommeil
Narcolepsie, pathologie se caractérisant par une perturbation du temps de sommeil

La maladie de Gélineau mieux connue sous l’appellation de narcolepsie est une pathologie qui se caractérise par une perturbation du temps de sommeil. L’envie de dormir peut survenir de manière brusque et involontaire chez les narcoleptiques, les conduisant alors à s’endormir à des moments ou en des lieux pas toujours très propices.

À part ce trouble du sommeil, cette maladie est également reconnue par la cataplexie qu’elle peut engendrer dans sa forme de type I. Il s’agit d’un symptôme qui se manifeste par un subit affaiblissement du tonus des muscles qui assurent le maintien du corps. La cataplexie se déclenche en général après une forte émotion telle que colère, surprise, joie. Suivant le cas, les muscles du visage peuvent alors se relâcher, les genoux vaciller, ou même le patient peut s’effondrer mais tout en restant conscient.

Les premiers symptômes de cette maladie chronique peuvent apparaître à tout âge. Toutefois, ils surviennent dans la majorité des cas durant l’adolescence ou après la quarantaine. Le taux de prévalence est, en outre, estimé à environ 2/10.000 personnes bien qu’il reste variable suivant chaque pays.

Causes de la narcolepsie

Ce dérèglement chronique du sommeil n’est pas lié à des facteurs psychologiques mais plutôt à des perturbations au niveau de certains facteurs biologiques du système nerveux. Ces perturbations peuvent être dues à certaines causes.

– Hérédité. Une anomalie génétique héritée des ascendants est suspectée puisque le risque d’être narcoleptique est de 200 fois plus élevé chez des personnes ayant des parents narcoleptiques que chez le reste de la population ;
– Suite à un traumatisme crânien ;
– Suite à un état fébrile important ;
– Grossesse ;
– Maladies auto-immunes ;
– Pathologies virales ;
– Suite à un stress important ;
– Changement du rythme de sommeil ;
– Après une vaccination. Ce qui a été le cas chez certains enfants et adolescents après une vaccination A/H1N1 ;
– Prise de substances toxiques.

Manifestations de la narcolepsie

Manifestations de la narcolepsie : hypersomnolence, difficulté à s'endormir la nuit, plusieurs réveils nocturnes, ...
Manifestations de la narcolepsie : hypersomnolence, difficulté à s’endormir la nuit, plusieurs réveils nocturnes, …

Ce trouble de l’endormissement peut être reconnu par certains symptômes.

– Difficulté à dormir durant la nuit avec réveils fréquents ;
– Hypersomnolence durant la journée. Des envies de dormir incontrôlables peuvent survenir plusieurs fois par jour ;
– Endormissements involontaires et irrépressibles diurnes pouvant durer à chaque fois une dizaine de minutes. Outre les perturbations sociales que cela peut engendrer, le sommeil peut survenir dans des situations dangereuses telles qu’au moment de conduire une voiture ou de traverser la route. Dans des cas plus graves de la maladie, même l’accès au sommeil dans tels moments n’est pas réparateur. Le malade se retrouve donc emprisonné dans cet état d’alternance veille-sommeil durant ses journées ;
– Sommeil paradoxal en moins de 10 minutes. Il s’agit de la phase de l’endormissement durant laquelle les rêves que la personne peut se rappeler vont se manifester. Chez un sujet non narcoleptique, le sommeil paradoxal ne survient qu’après plus de 90 minutes de sommeil ;
Confusion au réveil ;
Hallucination qui peut se manifester au moment du réveil ou avant l’endormissement due au trouble du sommeil paradoxal ;
– Paralysies physiques au début ou à la fin du sommeil ;
– Cataplexie, présente chez les narcoleptiques de type I mais absente chez ceux du type II. Lors d’une cataplexie, le patient reste tout à fait conscient et voir ce qui se passe autour de lui. Les muscles autonomes restent également fonctionnels mais ce sont les muscles qui supportent le corps ou certaines parties du corps qui perdent brusquement leur tonus. La survenue de ce symptôme est moins fréquente que celle des hypersomnies.

Traitements de la narcolepsie

Certains remèdes ont été avancés comme pouvant aider à atténuer les symptômes de la maladie de Gélineau.

– Selon certaines études, le ginseng est un excellent tonique capable de raviver aussi bien la force physique en cas de fatigue ou d’affaiblissement que la concentration (1). Cette propriété peut être bénéfique chez les narcoleptiques notamment pour réduire les symptômes de la somnolence excessive ;
– D’autres études suggèrent également du thé sans sucre pour réduire la fatigue durant la journée et améliorer la concentration et les performances intellectuelles (2). Toutefois, il peut empêcher une bonne récupération le soir notamment s’il est consommé en grande quantité ou pris en fin de journée ;
– Une récente observation a montré qu’une décoction faite à base de racines d’astragale et d’angélique chinoise a permis d’améliorer la performance physique des rats souffrant d’une fatigue chronique induite (3) ;
– D’après des études scientifiques menées sur la lavande (Lavandula angustifolia), les fleurs séchées de la plante et son huile essentielle sont à même de traiter les problèmes d’insomnies durant la nuit (4) ;

Références

(1) Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J.(Ed). Expanded Commission E Monographs. Ginseng. American Botanical Council, publié par Integrative Medicine Communications, 2000.
(2) Bryan J, Tuckey M, Einöther SJ, et al., « Relationships between tea and other beverage consumption to work performance and mood.», Appetite, 2012.
(3) Liu Y, Zhang HG, Li XH, « A Chinese herbal decoction, Danggui Buxue Tang, improves chronic fatigue syndrome induced by food restriction and forced swimming in rats.», Phytother Res, 2011.
(4) Blumenthal M (Ed). The Complete German Commission E Monographs: Therapeutic Guide to Herbal Medicines , American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 1998, p. 159-160.

error: Contenu protégé sous copyright