Aménorrhée

Présentation de l’aménorrhée

L’aménorrhée peut être définie comme étant une diminution, voire une absence de flux menstruel chez une femme. Dans la plupart des cas, elle est due à une grossesse. Il peut, toutefois, s’agir d’une anomalie secondaire à un trouble ou du symptôme d’une pathologie pouvant être grave.

Aménorrhée
Aménorrhée : diminution ou absence du flux menstruel

Une absence de règles peut se décliner en deux types. Les aménorrhées primaires qui se caractérisent par l’absence de menstruation chez une femme âgée pourtant de plus de 16 ans. Autrement dit, le premier écoulement menstruel n’est jamais survenu. Et les aménorrhées secondaires qui concernent une femme ayant eu un cycle normal. Celles-ci se présentent alors par une diminution ou une absence de flux menstruel pendant plus de 3 mois.
Il existe, en outre, des cas d’aménorrhées dites provoquées dans le cadre d’un traitement hormonal comme la prise de pilules chez la femme.

N’importe quelle femme peut être sujette à une aménorrhée. Certaines peuvent, toutefois, être plus à risque que d’autres. C’est notamment le cas des femmes athlètes. Près de 4/5 d’entre elles sont, en effet, toutes affectées par ce trouble de la menstruation.

Causes de l’aménorrhée

Suivant le cas, l’absence de règles chez la femme peut provenir d’une anomalie au niveau des ovaires, de l’utérus ou du vagin. Il peut aussi s’agir d’un trouble d’origine hypothalamique ou hypophysaire.

Diverses peuvent en être les causes.

Dans le cas d’une aménorrhée primaire

Chez une femme n’ayant jamais eu ses règles, les causes d’une telle absence de saignement peuvent être :
– Une malformation de l’appareil génital. Il en est le cas lors d’une occlusion de l’hymen, d’une atrophie du vagin ou d’une cloison transversale du vagin.
– Une affection telle qu’une tuberculose génitale pubertaire.
– Un syndrome de Rokitansky-Küster-Hauser. Il s’agit d’une anomalie caractérisée par l’absence totale ou partielle de l’utérus ou du vagin.
– Un syndrome de féminisation testiculaire qui est un type de pseudohermaphrodisme masculin. Il s’agit d’une pathologie au niveau des tissus récepteurs d’androgène engendrant des anomalies de différenciation sexuelle.

Dans le cas d’une aménorrhée secondaire

Chez la femme ayant déjà eu un cycle menstruel normal, l’absence des règles peut être secondaire à :

– Grossesse qui est la cause la plus souvent rencontrée ;
– Traitement hormonal tel que la prise de pilules contraceptives ;
– Allaitement après un accouchement ;
Ménopause qui peut être précoce chez certaines femmes ;
– Signe du syndrome de Stein-Leventhal ;
– Malnutrition ou une dénutrition accompagnée d’une perte de poids ;
Anorexie mentale ;
– Importante diminution du poids suite à un régime drastique ;
– Troubles d’ordre intellectuel ou sentimental qui peuvent inhiber le fonctionnement normal de l’hypothalamus ;
– Période de stress assez longue ;
– Trouble psychologique ou psychiatrique ;
– Cessation des règles chez les femmes athlètes causée par un dysfonctionnement dans la sécrétion de LH ;
– Ovariectomie ou une hystérectomie ;
– Affections telles qu’un cancer, une tuberculose génitale, une cirrhose ;
– Présence d’une tumeur au niveau du cortex de la glande surrénale ;
Anévrisme ou une tumeur au niveau de l’hypophyse ;
– Atteinte cérébrale telle qu’après un traumatisme ou apparition de tumeurs ;
– Pathologie endocrinienne, telle que celle d’Addison, de Cushing, un syndrome polykystique ovarien (dû à une hausse de la sécrétion d’androgène). Ces affections peuvent conduire à une virilisation de la femme ;
– Syndrome de Sheehan suite à un accouchement difficile ;
– Synéchie qui est une séquelle d’avortement ;
– Prise de certains médicaments dont des anti-dopaminergiques hyperprolactinémiantes, des antidépresseurs ;
– Mauvaise hygiène de vie dont notamment l’alcoolisme et la prise de stupéfiants.

Manifestations de l’aménorrhée

Le principal symptôme de cette affection est l’absence de règle. D’autres signes peuvent, toutefois, se présenter selon le facteur causal. Parmi ceux-ci, il y a notamment :
– Bouffées de chaleur dans le cas de la ménopause ;
– Sensation de sécheresse au niveau du vagin ou une atrophie de celui-ci indique une baisse du taux d’œstrogène ;
– Susceptibilité accrue avec sauts d’humeur ;
– Virilisation de la femme telle qu’une importante poussée des poils, un changement de la voix. C’est notamment ce qui se produit en cas de hausse de la sécrétion d’androgène ;
– Troubles de la vision avec maux de tête fréquents peuvent être dus à des tumeurs hypophysaires.

Découvrez en cliquant ici les remèdes naturels efficaces pour traiter l’aménorrhée.