Cyphose

Présentation de la cyphose

Cyphose, ou hypercyphose, est une difformité de la colonne vertébrale
Cyphose, ou hypercyphose, est une difformité de la colonne vertébrale

L’hypercyphose, également appelée cyphose par abus de langage, est une anomalie de la courbure de la colonne vertébrale dans laquelle l’aspect convexe décrit par celle-ci au niveau du dos se trouve accentué. Le dos parait alors plus arrondi et le thorax semble fléchir vers l’avant. Selon le cas, cette difformité peut être secondaire à une pathologie, à une mauvaise posture ou encore à une dégénérescence liée à l’âge. En l’absence d’une prise en charge adéquate, elle peut finir par causer diverses complications dont des douleurs, des gênes respiratoires et digestifs, une compression des organes du thorax.

Dans le domaine médical, le terme cyphose désigne plutôt la courbure convexe naturellement décrite par la colonne vertébrale au niveau du dos et du coccyx. L’hypercyphose est donc une exagération anormale de celle-ci. La lordose, à l’inverse, désigne la courbe concave ou creuse des régions cervicale et lombaire. Une hyperlordose lombaire constitue donc une anomalie et peut parfois survenir avec une hypercyphose dorsale pour la compenser.

Causes de la cyphose

Parmi toutes les cause connues d’une hypercyphose, il y a principalement :

– Mauvaise posture. Le sujet ne se tient pas bien droit entrainant alors une attitude cyphotique au début, mais qui peut finir par aboutir à une déformation irréductible de la colonne vertébrale à long terme ;
– Pathologie de Scheuermann, à l’origine de la plupart des cas d’hypercyphose chez les sujets en croissance. Une prédisposition combinée à des contraintes mécaniques sur le dos est connue comme la principale cause de cette affection ;
– Malformation congénitale des vertèbres ;
– Spondylarthrite ankylosante, un rhumatisme affectant la colonne vertébrale ;
– Présence d’une tumeur dans les vertèbres ;
– Pathologie de Paget, une affection osseuse chronique conduisant à un remodelage de l’architecture de l’os atteint et à une fragilisation et une hypertrophie de sa structure ;
– Syndrome d’Ehlers Danlos type cypho scoliotique est une affection systémique d’origine génétique qui se manifeste entre autres par des douleurs diffuses, une hypermobilité articulaire et musculaire, une oxygénation insuffisante des tissus de l’organisme entrainant une asthénie persistante, des atteintes oculaires et une déformation de la colonne vertébrale ;
– Maladie infectieuse telle qu’une spondylodiscite (une infection des disques intervertébrales causée par des bactéries du genre Staphylococcus), un mal de Pott (tuberculose atteignant le dos) ;
Ostéoporose pouvant fragiliser les vertèbres et conduire à leur tassement ;
– Dégénérescence des disques de la colonne vertébrale ;
– Pratique de certains sports notamment la natation. Nager en brasse ou en papillon semble accentuer la courbure dorsale.

Manifestations de la cyphose

La manifestation de la cyphose dépend des vertèbres atteintes
La manifestation de la cyphose dépend des vertèbres atteintes

Cette affection peut toucher des segments différents de la colonne vertébrale. Elle peut dès lors être haute, moyenne ou basse selon que l’exagération de la courbure se trouve en haut, au même niveau ou plus bas que la courbe naturelle du dos.

Dans certaines pathologies, cette difformité affecte le bas du dos aboutissant alors à la disparition de la lordose lombaire normale ou même à l’apparition d’une courbure convexe à ce niveau.

Il existe, en outre, plusieurs formes d’hypercyphose. Parmi les plus couramment rencontrées, il y a surtout :

– Hypercyphose posturale n’entrainant en général qu’une attitude cyphotique, sans déformation significative de la colonne vertébrale, et qui peut être redressée par de simples efforts musculaires ;
– Hypercyphose de Scheuermann caractérisée par une déformation visible du dos au niveau du thorax due à l’atteinte de 3 vertèbres consécutives ou plus. La difformité est irréductible dans tel cas et s’accompagne le plus souvent de douleurs qui tendent à s’accentuer avec le temps ;
– Hypercyphose par tassement secondaire à une fragilisation des vertèbres telle qu’après une fracture ou en cas d’ostéoporose. Cette forme se présente par une difformité importante de la colonne vertébrale conduisant celle-ci à fléchir vers l’avant ;
– Syndrome du dos courbé se manifestant par une projection du haut du corps vers l’avant et une lordose lombaire plate. Cette forme est due à la dégénérescence de la colonne vertébrale et concerne surtout les personnes âgées.

Dans tous les cas, cette pathologie, notamment dans les formes les plus sévères, peut conduire à divers symptômes :

– Douleurs dans le dos ou sur le trajet d’un nerf comprimé. Celles-ci peuvent être très intenses voire invalidantes ;
– Dysfonctionnements des divers organes de la cage thoracique tels que l’estomac, les poumons, le cœur, causés par leur compression ;
– Gêne respiratoire conduisant à un essoufflement, une fatigabilité, une oxygénation insuffisante des tissus de l’organisme pouvant perturber leur fonctionnement.

Traitements naturels de la cyphose

Certains traitements sont reconnus pour leur efficacité pour prendre en charge des cas d’hypercyphose.

– Évitement des mauvaises postures et des charges lourdes : Chez les enfants et les adolescents en pleine croissance, il est conseillé de maintenir une posture adéquate pour éviter de développer une hypercyphose dorsale. Le port de charge lourde telle que les sacs au dos doivent en outre être évité ;
– Combinaison de calcium, de vitamine D3 et de silicium : Lors d’une étude menée sur des cas d’ostéoporose, il a pu être observé que la prise de silicium en complément d’un traitement à base de calcium et de vitamine D3 permet une meilleure efficacité de l’action de celui-ci sur la formation et la densité minérale osseuse. Les dosages prescrits lors de l’étude étaient de 1000 mg de calcium, 20 mg de vitamine D3 et 6 mg de silicium (1) ;
– Kinésithérapie : Diverses études s’accordent sur les bienfaits de la kinésithérapie et de l’appareillage pour corriger une hypercyphose de Scheuermann. Ce traitement permet, en effet, de renforcer la musculature du corps notamment du dos et de rétablir les courbures naturelles au moyen d’une rééducation ciblée ainsi que de divers étirements spécifiques. Plus tôt la prise en charge est débutée, davantage elle est efficace et les résultats vont être meilleurs (2) ;
– Corset et plâtre de détraction : Dans les formes d’hypercyphose les plus importantes, certaines publications avancent la nécessité d’un traitement orthopédique recourant à l’usage de corset ou de plâtre de détraction. Telle prise en charge est cependant très délicate, pouvant conduire à diverses complications et prend toujours beaucoup de temps (3).

Références

(1) Spector TD, et al., « Effet sur le renouvellement osseux et la DMO du silicium oral à faible dose en tant que complément du calcium / vitamine D3 dans un essai randomisé contrôlé par placebo », Société américaine de recherche sur l’os et les minéraux, 2005.
(2) Palazzo C. et al. « Maladie de Scheuermann », Revue du rhumatisme monographique, Fev 2014.
(3) Abelin K. et al. Traitement Orthopédique des Hypercyphoses en Période de Croissance., Elsevier Masson, 2009.

error: Contenu protégé sous copyright