Traitements naturels de l’anorexie mentale

Sans prise en charge, l’anorexie mentale peut conduire à diverses affections secondaires à l’importante baisse d’apport nutritionnel et du poids. Dans les cas les plus importants, elle peut conduire à de graves complications. Une perte de connaissance, voire la mort, peut être à craindre. Certains traitements sont souvent avancés à cet effet.

Une psychothérapie

anorexie mentale
Des méthodes naturelles peuvent être adoptées pour traiter l’anorexie mentale

Étant donné qu’il s’agit d’une psychopathologie, la prise en charge d’une anorexie mentale doit inclure des traitements psychologiques et comportementaux. Diverses observations avancent à cet effet l’utilité d’une psychothérapie pour comprendre la véritable cause du trouble. Celle-ci doit également inclure des techniques permettant de soulager la souffrance psychologique et de prévenir toute rechute. (1)

Une étude affirme, en outre, les bienfaits d’une psychothérapie familiale. Le traitement doit alors tenir compte à la fois des perturbations des conduites alimentaires et de l’environnement familial de l’anorexique. (2)

Une réalimentation

Une reprise de poids rapide est cruciale en cas d’amaigrissement important. Privilégier dans les repas des aliments avec une densité énergétique élevée est conseillé. Ceci va en effet permettre d’avoir le surplus de calories nécessaire, sans qu’il ne soit nécessaire de manger abondamment. Il faut, toutefois, tenir compte du besoin nutritionnel du sujet.

Parmi les aliments (3) à opter, il y a entre autres les fruits comme la banane, les avocats, la mangue. Les noix et les fruits secs doivent aussi être privilégiés. Les céréales, les produits laitiers et les pommes de terre sont également très caloriques. Ils constituent, en outre, avec les légumineuses et les graines d’excellentes sources de protéines, nécessaires pour le tonus musculaire. (4)

Des activités physiques régulières

Une étude met en évidence les bienfaits que peut apporter la pratique régulière d’activités physiques. Celle-ci doit même figurer parmi les traitements complémentaires en cas de perturbations des conduites alimentaires. Les sujets anorexiques observés ont, en effet, montré une amélioration de leur état dépressif (5). Il est, par ailleurs, connu que pratiquer de manière adéquate le sport est excellent pour la santé physique. Il contribue également à maintenir un bon niveau du tonus musculaire.

Des séances de yoga

Certaines publications avancent les effets bénéfiques du yoga sur la santé mentale, notamment en cas de troubles psychologiques. Ces effets ont été constatés lors d’un essai clinique mené auprès d’une cinquantaine d’adolescents souffrant de trouble alimentaire. Pratiqué à titre de traitement adjuvant, le yoga a amélioré l’efficacité des thérapies habituellement utilisées pour soigner ce type d’affection. (6)

Du guarana

Une expérience menée sur des souris conclut sur l’efficacité du guarana en cas d’anorexie secondaire à des troubles mentaux. Parmi ceux-ci, il y a entre autres le stress et la dépression, ainsi que toute forme de perturbation psychiatrique. Cette action s’explique par les effets psychostimulants, antistress, et antidépresseurs très puissants que possède cette plante. (7)

Pour profiter des bienfaits thérapeutiques du guarana, la dose fréquemment recommandée est de 2 à 4 g par jour.

Du millepertuis

Au cours d’un bon nombre d’études cliniques, il a été constaté que le millepertuis (Hypericum perforatum) présente des effets antidépresseurs. La plante s’avère même être un excellent remède contre tout type de troubles nerveux. Ceci s’explique par l’action des divers composés phénoliques qu’elle renferme, dont notamment l’hyperforine. (8)

Pour recourir à cette médication, prendre 1/2 cuillérée à café de la teinte de la plante avec de l’eau. À refaire 3 fois par jour.

De la lavande

Outre pour son doux parfum, la lavande (Lavandula angustifolia) est aussi réputée pour son action apaisante. Son usage est, en effet, connu comme pouvant exercer un certain effet sur le système nerveux. Son essence, notamment, peut aider à calmer l’irritabilité, la nervosité et aussi la dépression.

Pour son utilisation, prendre le soir un bain dans l’eau duquel sont versées 5 gouttes de l’essence de la plante. (9)

Une hospitalisation

Diverses observations reconnaissent la nécessité d’une hospitalisation dans les cas les plus graves (10). Ceci est incontournable, d’une part, si la santé du patient est menacée telle qu’à cause d’une importante perte de poids. D’autre part, telle prise en charge est nécessaire si l’environnement familial du sujet n’est pas propice à sa guérison.

Références

(1) « Anorexie Mentale : Un trouble Essentiellement Féminin, parfois Mortel.» Inserm, Dossiers-Informations.
(2) Godart N, et al., « Essai contrôlé randomisé sur des thérapies usuelles et traitements d’appoint chez des patients anorexiques mentales, dont des adolescents », PLos One 2012.
(3) Whitney E.N et al., « Comprendre la nutrition » 9ème édition. Wadsworth, USA, 2002.
(4) Apports Nutritionnels de Référence, Institut de Médecine, National Academies Press, Washington DC, 2006.
(5) Vancampfort D et al., « Une revue systématique sur les interventions de thérapie physique pour les patients souffrant de frénésie alimentaire », Disabil Rehabil. 2013.
(6) Carei TR, et al., « Essais cliniques contrôlés randomisés du yoga dans le traitement des troubles de l’alimentation », J Adolesc Health. 2010 Avril.
(7) Campos AR, et al., « Effets aigus du guarana (Paullinia cupana Mart.) Sur le comportement de la souris lors de tests de natation forcée et de terrain ouvert », Phytother Res. 2005.
(8) « Encyclopédie des plantes médicinales.» Larousse.
(9) « Encyclopédie des plantes médicinales.» Larousse.
(10) « Anorexie Mentale : Un trouble Essentiellement Féminin, parfois Mortel.» Inserm, Dossiers-Informations.

error: Contenu protégé sous copyright