Traitements naturels de l’appendicite

Bien que bénigne, une inflammation de l’appendice ou appendicite peut être dangereuse, voire mortelle, en l’absence d’une prise en charge. En effet, elle peut rapidement conduire à de grave complication comme une septicémie ou encore une péritonite.

Certains remèdes sont, à cet effet, reconnus comme pouvant traiter cette affection.

Parmi ceux-ci, il y a notamment :

Pourpier

appendicite
Certaines plantes telles que le pourpier ont la faculté de venir à bout de l’appendicite

Une publication avance les bienfaits de l’usage du pourpier (Portulaca oleracea) pour soigner une appendicite. Il s’agit d’une plante connue depuis des années pour ses bienfaits thérapeutiques. On l’emploie particulièrement en cas d’affection de l’appareil digestif. En Chine, notamment, elle est utilisée pour prendre en charge des cas d’inflammation de l’appendice (1).

Pour recourir à ce remède, le pourpier peut être pris en décoction. La dose journalière prescrite est de 100 à 200 g pour des plantes fraîches. Elle est de 12 g pour celles qui sont séchées.

Il est à noter que l’usage de cette plante est à éviter en cas de grossesse. En effet, elle peut provoquer de graves contractions utérines.

Jeûne

Une étude met en évidence l’efficacité d’une cure de jeûne pour traiter une inflammation chronique de l’appendice également appelée typhlite. Ce traitement permet, en effet, de rétablir la flore naturelle des intestins tout en inhibant la prolifération des germes nocifs. Il favorise également l’évacuation des matières fécales, même les plus solides qui peuvent avoir stagné dans les intestins depuis longtemps. (2)

Corydalle

Le corydalle (Corydalis ambigua) a longtemps été employé en Chine pour ses différents bienfaits thérapeutiques. La plante est entre autres utilisée pour soulager les diverses douleurs du thorax et de l’abdomen. Parmi celles-ci, il y a notamment celle que peut engendrer une inflammation de l’appendice. Cet effet s’explique par les propriétés analgésiques et sédatives que ses rhizomes possèdent. Ceux-ci doivent cette action aux alcaloïdes puissants qu’ils renferment. (3)

Pour utiliser le Corydalle, mélanger environ 2 g de poudre de rhizomes séchés dans deux des trois repas principaux. Il est aussi possible d’employer une teinture de la plante. Dans tel cas, la dose est de 1 cuillère à café à diluer dans de l’eau, 2 fois par jour.

Interventions médicales

Le traitement médical classique de cette affection est l’appendicectomie. Elle consiste en l’ablation de l’appendice au travers d’une incision pratiquée au niveau de l’abdomen, au-dessus du pli inguinal. Dans les quelques cas chroniques, il convient de ne pratiquer l’intervention qu’en dehors des périodes de crise (4).

Une alternative à la chirurgie classique est la cœlioscopie. L’avantage de cette intervention est qu’aucune incision n’est pratiquée sur l’abdomen. Toutefois, en cas de complication telle qu’une hémorragie, il peut quand même être nécessaire d’ouvrir l’abdomen du sujet (5).

Antibiothérapie

Des études avancent l’efficacité d’une antibiothérapie dans certaines formes d’inflammation de l’appendice. Dans plus de 80% des cas observés, le recours à ce traitement a permis d’éviter une intervention chirurgicale (6). Dans d’autres cas, la pratique de cette dernière a pu être retardée (7). On préconise surtout ce remède dans les cas d’appendicites aiguës non compliquées. Sa réelle efficacité reste, en outre, encore discutée et ne fait pas l’objet d’une unanimité.

Références

(1) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001.
(2) Vivini Y., « Le jeûne et les traitements naturels – La bouffe ou la vie.», 1970.
(3) « Encyclopédie des plantes médicinales. Identification, préparations, soins.», Larousse/VUEF, 2001.
(4) Wilms I. et al, « Appendectomy Versus Antibiotic Treatment for Acute Appendicitis » , Cochrane catabase of systematic reviews 2011.
(5) Masoomi H, et al., « Laparoscopic appendectomy Trends and Outcomes in the United States : Data from the Nationwide Inpatient Sample (NIS)», 2004-2011, Am Surg, 2014.
(6) Vons C, et al. « Amoxicillin plus Clavulanic Acid versus Appendicectomy for Treatment of Acute Uncomplicated Appendicitis : an Ipen-label, Non-inferiority, Randomised Controlled Trial.», Lancet, 2011.
(7) Grönroos JM et al. , « Antibiotic therapy vs appendectomy for treatment of uncomplicated acute appendicitis : The APPAC randomized clinical trial », JAMA , Vol. 313, No 23, 2015.