Santé Science

BCAA – Quels bienfaits ?

Les BCAA ne sont pas inconnus aux sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Ils s’en procurent régulièrement pour augmenter leur performance physique et lutter contre la dégradation musculaire. Mais leurs bienfaits ne se limitent pas uniquement à ça. Les scientifiques reconnaissent aussi d’autres propriétés médicinales de ces acides aminés.

Présentation des BCAA

BCAA
Des BCAA, pour booster ses performances physiques

Le sigle BCAA sert à abréger les termes anglais « Branched Chain Amino Acid », traduits littéralement en français par « acides aminés à chaîne ramifiée ». Ce groupement comprend trois aminoacides essentiels qui doivent être apportés par les aliments, car non synthétisés par l’organisme. Il s’agit de la leucine, l’isoleucine et la valine. Leur structure particulière dotée de cette ramification leur offre une meilleure capacité d’absorption. Ils sont plus faciles à digérer et à assimiler par rapport à leurs analogues.

Bienfaits des BCAA sur les muscles et la santé

Régénération musculaire et protection contre la dégradation

Ces acides aminés à chaîne ramifiée sont impliqués dans diverses fonctions physiologiques. Leurs principaux rôles demeurent, toutefois, la reconstruction des fibres musculaires. C’est la raison pour laquelle on les recommande après la pratique d’exercices physiques intenses. Lorsque l’approvisionnement en BCAA vient à manquer alors que l’on fait des efforts importants, notre corps va se servir de ses réserves d’acides aminés, pour maintenir sa capacité à résister à l’effort. Ce qui conduit alors à une fonte musculaire. Une étude scientifique a démontré que ces aminoacides sont même capables d’inhiber l’activité des enzymes qui favorisent cette perte (1).

Combustion des graisses

Il s’agit également d’une excellente arme pour lutter contre l’obésité et le surpoids. En fait, lorsque notre stock de BCAA est plein, le corps puise dans les réserves de graisse pour produire de l’énergie et non dans les acides aminés. Ce qui encourage alors la combustion des masses graisseuses. Donc, il y a perte de poids et redéfinition de la silhouette. Une publication a même mentionné qu’une perte de 2,2 % de graisses a été notée chez un groupe ayant consommé des BCAA pendant 8 semaines (2).

Augmentation de la longévité

En plus d’être une source d’énergie, ces acides aminés branchés augmentent aussi l’espérance de vie de ceux qui en prennent souvent. Dans cette expérience, des souris ont été nourries de manière saine, avec en plus 1,5 mg/g de poids corporels de ces suppléments. Les résultats ont montré que leur durée de vie a été prolongée de 12 %, soit 869 au lieu de 774 jours. Les observateurs ont remarqué une amélioration de l’expression de la protéine Sirt1, qui a un effet antivieillissement. Ces aminoacides ont aussi agi sur la biogenèse mitochondriale, essentielle pour la production d’énergie et le maintien du bon fonctionnement des cellules (3).

Bien choisir ses suppléments

Le ratio

Le marché propose différents ratios de BCAA, dont le plus souvent rencontré est le 2:1:1. Celui-ci renseigne sur les proportions d’acides aminés branchés contenus dans le supplément, variables d’une marque à une autre.

D’une manière générale, c’est la leucine qui domine avec une teneur deux fois plus importante ici. Cet aminoacide entre surtout dans la synthèse des protéines, et donc favorise la reconstruction des muscles.

Après la leucine vient l’isoleucine. Cette dernière possède la capacité de stimuler l’action des récepteurs chargés du déclenchement de la combustion des graisses. Autrement dit, elle intervient dans la perte de poids.

La valine, quant à elle, en plus d’optimiser l’assimilation de la leucine, se charge de maintenir et d’augmenter l’endurance physique à l’effort.

L’origine

Les fabricants peuvent également recourir à différentes matières premières, d’origine animale ou végétale, pour élaborer leurs BCAA. Il est préférable d’opter pour les acides aminés issus d’une fermentation de plantes, telles que le maïs par exemple. Il y a certaines marques qui utilisent des plumes de canard pour produire de la leucine. S’assurer que le supplément ne contient ni additifs chimiques, ni OGM, ni autres substances à part ces aminoacides.

Conseils et précautions d’usage

Les autorités sanitaires recommandent la consommation de 68 mg par kg de poids corporel par jour de ces acides aminés. Soit 34 mg/kg/j de leucine, 15 mg/kg/j d’isoleucine et 19 mg/kg/j de valine. Pour un adulte de 70 kg, il faut donc dans les 4 g à 7 g maximum. Pour ceux qui pratiquent des exercices physiques intenses, le dosage peut augmenter jusqu’à 6 g par jour.

Un surdosage de ces acides aminés branchés peut occasionner des effets indésirables, tels qu’une baisse de la coordination motrice liée à une hausse considérable du taux d’ammoniac. On a rapporté d’autres effets secondaires, comme des nausées, de la fatigue et des troubles gastro-intestinaux. À noter que ce supplément est contre-indiqué aux femmes enceintes et allaitantes, enfants, ainsi qu’aux sujets souffrant de sclérose latérale amyotrophique, de cétoacidose, et alcooliques.

Où trouver des BCAA ?

Pour acheter, cliquez ci-dessous :

bcaa

Références

(1) Mero. « Leucine supplementation and intensive training ». Sports Medicine, p:247-358, 1999.
(2) Agell et al. « Branched-chain aminoacids inhibit proteolysis in rat skeletal muscle: mechanisms involved ». Journal of Cell Physiol. Pages 380-384, 2000.
(3) Giuseppe D’Antona et al. « Branched-chain amino acid supplementation promotes survival and support cardiac and skeletal muscle mitochondrial biogenesis in middle-aged mice ». Cell Metabolism, vol 12, issue 4, p:362-372, Oct 2010.

error: Contenu protégé sous copyright