Trachéite

Présentation de la trachéite

trachéite
La trachéite désigne l’inflammation de la trachée

La trachéite est le terme utilisé pour désigner l’inflammation de la trachée. Celle-ci n’est autre qu’un conduit aérien de l’appareil respiratoire reliant le larynx et les deux bronches. Elle commence dans le cou et passe par la suite derrière le sternum. Elle est essentiellement constituée de tissus fibro-cartilagineux et mesure en moyenne 13,5 cm de long pour 1,4 cm diamètre. Tout comme les autres parties du corps, cette partie de la voie aérienne peut également être touchée par diverses pathologies. La plupart d’entre celles-ci conduisent à un déclenchement d’une réaction inflammatoire locale.

Ce symptôme peut affecter tout le monde et à tout âge, y compris les jeunes enfants. Sa gravité dépend principalement de son facteur causal. Dans certains cas, il peut être totalement bénin, n’engendrant alors aucune conséquence grave. Sa guérison peut même venir spontanément. La survenue d’une complication reste, en outre, assez rare. Dans d’autres, il peut être le signe d’une pathologie grave, dont notamment la présence locale de cellules cancéreuses.

Causes de la trachéite

Une inflammation de la trachée peut avoir des causes très diverses. Parmi les plus fréquentes, il y a :

– Les infections d’origine virale ou plus rarement bactérienne. Telles qu’en cas de pharyngites, de bronchites, de rhume. Des mycoses sont également connues comme capables d’infecter et irriter la gorge. Il en est le cas des C. albicans.
– Pénétration de poussières par les narines et pollution de l’air.
– Les fumées et les gaz émanant d’une usine, des voitures, d’un incendie ou d’un réchaud. Il en va de même de celles des cigarettes qui contiennent des substances nocives pour le système respiratoire.
– L’inhalation de substances chimiques qui peuvent irriter les voies respiratoires. Parmi celles-ci, il y a entre autres le chlore, les solvants, les peintures, les parfums.
– Les réactions allergiques déclenchées par des allergènes aériens comme les pollens, les acariens.
– Après le passage d’un corps étranger dans la gorge.
– Secondaire à la prise d’une substance irritante telle que des piments, un plat fortement épicé, de l’alcool.
– Le signe d’une affection grave de la trachée dont un cancer de la trachée.

Manifestations de la trachéite

Suivant le cas, une inflammation de la trachée peut être :

trachéite
Symptômes de la trachéite : toux, enrouement de la voix, douleurs, troubles du sommeil, …

– Aiguë lorsqu’elle est passagère, ne durant que quelques jours tout au plus ;
– Chronique quand elle dure plus longtemps pouvant aller des mois et parfois même des années selon sa cause.

Dans tous les cas, certains symptômes peuvent être rencontrés dont :

– Des toux fréquentes souvent sèches au début et qui tendent à devenir grasses avec le temps. Elles se manifestent surtout quand la personne est couchée sur le dos ;
– Un enrouement de la voix aggravé par les toux. C’est notamment le cas lorsque l’inflammation de la trachée est associée à une laryngite ;
– Des douleurs pouvant être ressenties dans la trachée, parfois s’étendant dans le thorax. Elles sont secondaires à l’inflammation, mais également aux contractions causées par les toux ;
– Une perturbation de l’endormissement ;
– Une sensation d’irritation et d’assèchement dans la gorge ;
– Une fièvre surtout en cas d’inflammation d’origine infectieuse des muqueuses trachéales ;
– Des écoulements du nez ;
– Des crachats blancs, jaunes ou verdâtres selon l’agent pathogène à l’origine de la maladie causale.

Traitements naturels de la trachéite

Certains remèdes naturels sont connus pour leur efficacité en cas d’inflammation de la trachée. Le traitement de la pathologie en cause ne doit pas, toutefois, être négligé.

– Le miel

Un bon nombre d’études s’accordent sur les actions antimicrobiennes et cicatrisantes du miel. Il a été, entre autres, observé que son application sur des lésions permet d’une part d’inhiber l’activité et la multiplication bactérienne. Et d’autre part, elle a permis une accélération de la guérison. Un apaisement des douleurs a été également souvent remarqué.(1) Le miel doit principalement ces propriétés à deux groupes de protéines qu’il renferme, les inhibines et les défensines. Pour soigner une inflammation de la gorge avec du miel, prendre une cuillère à soupe à jeun le matin juste après le réveil.

– Le citron

Le citron est reconnu dans diverses études pour ses nombreux bienfaits thérapeutiques. Cet agrume possède, en effet, à la fois des vertus antibactériennes et antioxydantes. Ceci s’explique par sa teneur importante en de nombreux vitamines et flavonoïdes. Pour recourir à ce traitement, utiliser en gargarisme le mélange de 20 ml de jus de citron avec 20 ml d’eau chaude (2).

– Le thym

Certaines publications avancent que le thym présente des effets bénéfiques pour traiter diverses infections de la voie respiratoire. Parmi celles-ci, il y a notamment l’inflammation de la trachée d’origine infectieuse. Cette herbe semble également être efficace pour apaiser les symptômes des bronchites et peut être utilisée en cas de rhinite. (3) Cette action s’explique principalement par la haute teneur de cette plante en thymol, un terpénoïde aux propriétés antimicrobiennes et antimycosiques. Le remède consiste à boire 50 ml d’une infusion de la plante 3 fois par jour. Pour préparer celle-ci, il faut laisser infuser 5 g de feuilles fraîches dans 150 ml d’eau.

– La camomille allemande

Selon une observation, la camomille allemande peut apaiser l’inflammation des voies respiratoires. Il en est notamment le cas quand celle-ci est due à une réaction allergique causée par des allergènes aériens. Pour son usage, il suffit d’inhaler 2 gouttes non diluées de son huile essentielle versées sur un mouchoir. (4)

– La réglisse

En cas d’irritation de la trachée accompagnée d’une toux grasse ou sèche, la réglisse peut être bénéfique. Cette plante possède, en effet, une action expectorante et apaisante des toux. Afin de profiter de ses vertus thérapeutiques, boire 3 à 6 tasses par jour d’une décoction de la plante. Son utilisation peut, en outre, être associée à celle du thym et de l’origan. Dans tel cas, le dosage sera d’une demi-tasse par jour d’une infusion de parts égales des 3 plantes. Ce second remède est à prendre 6 fois par jour. (5)

Références

(1) Descottes B. « Cicatrisation par le miel, l’Expérience de 25 années. » Phytothérapie, Springer, vol.7, 2009.
(2) « Encyclopédie des plantes médicinales.» Larousse.
(3) The Complete German Commission E Monographs, therapeutic guide to herbal medicines, 1st ed 1998. Integrative medicine communications, pub. 1999.
(4) Bruneton J. « Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales.» Éditions médicales internationales, 2009.
(5) « Encyclopédie des plantes médicinales.» Larousse.

error: Contenu protégé sous copyright