Traitements naturels de l’apnée

L’apnée volontaire ou réflexe ne constitue aucune menace pour un sujet et ne nécessite aucun soin. La forme involontaire, à l’inverse, doit être prise en charge aussi tôt que possible pour éviter toute complication. Son traitement dépend de sa cause, qui devra dès lors être clairement identifiée.

En cas d’obstruction des voies respiratoires par un corps étranger

apnée
Traitements naturels et classiques de l’apnée involontaire selon la science

Une victime d’une obstruction des voies respiratoires par un corps étranger reste consciente et tente désespérément de respirer. Dans ce cas, il faudra essayer de libérer sa voie aérienne. Diverses études suggèrent à cet effet la méthode mise au point par le docteur Henri Heimlich. Elle consiste à effectuer des compressions abdominales pour déloger l’objet bloqué au niveau de la gorge. Cette technique ne peut, toutefois, être adoptée que s’il est sûr qu’il s’agit d’une suspension de la respiration due à la présence d’un corps étranger. Il faut alors que la personne ne parvienne même plus à tousser. (1)

En cas d’arrêt respiratoire dû à un arrêt cardiaque

En cas de suspension de la respiration secondaire à un arrêt cardiaque, le sujet perd conscience sans la moindre réaction. Dans tel cas, il faut immédiatement appeler les urgences. Une réanimation cardio-pulmonaire doit par la suite être effectuée en attendant l’arrivée des secours.

En cas de syndrome d’apnée du sommeil

Certaines techniques de prise en charge sont souvent préconisées en cas de syndrome d’apnée du sommeil. Parmi celles-ci, il y a entre autres :

Dormir sur le côté

Durant l’endormissement, tous les muscles du corps se relâchent. Il y a alors rétrécissement maximal des voies aériennes lorsque le sujet se couche sur le dos. Dormir sur le côté peut à cet effet limiter la survenue des apnées durant le sommeil.

Perdre du poids

Des études récentes ont mis en évidence la nécessité de perdre du poids. En effet, chez les personnes en surpoids ou obèses, les voies aériennes au niveau du cou se retrouvent rétrécies. Certaines positions notamment celle couchée sur le dos peuvent alors facilement obstruer la circulation de l’air. Perdre du poids peut donc suffire à traiter ce symptôme s’il est dû à une surcharge pondérale (2).

Adopter une bonne hygiène de vie

Avoir une bonne hygiène de vie peut contribuer dans la prise en charge d’une apnée du sommeil. L’arrêt de la prise de stupéfiants, d’alcool et du tabac est, entre autres, recommandé notamment avant de se coucher. Ces substances favorisent, en effet, le relâchement des muscles, empêchant la circulation normale de l’air au niveau des voies aériennes. Certains médicaments dont les sédatifs exercent également les mêmes effets.

Utiliser une orthèse d’avancée mandibulaire

Certaines publications suggèrent le recours à des orthèses buccales pour favoriser le libre passage de l’air dans la gorge (3). Il s’agit d’un dispositif placé dans la bouche maintenant la langue et la mâchoire inférieure vers l’avant. Ce qui va permettre de maintenir le pharynx étiré durant toute la nuit.

Recourir à Ventilation en Pression Positive Continue

La Continuous Positive Airway Pressure constitue le traitement recommandé dans les cas avancés d’apnées de sommeil (4). Cette technique permet, à l’aide d’un appareil de ventilation, de maintenir l’ouverture des voies respiratoires supérieures. Elle est reconnue comme pouvant améliorer la qualité du sommeil durant la nuit. De nombreux effets secondaires sont, toutefois, associés à son usage. Parmi ceux-ci, il y a la survenue d’un pneumothorax et parfois une perturbation de la fréquence cardiaque. Un masque inadapté conduit souvent, par ailleurs, à une conjonctive ou à des irritations locales.

Références

(1) Heimlich HJ, « A life-saving maneuver to prevent food-choking », JAMA.1975.
(2) Johansson K, et al. « Effect of a very low energy diet on moderate and severe obstructive sleep apnoea in obese men : a randomised controlled trial » BMJ 2009.
(3) Ferguson KA, et al. « Oral appliances for snoring and obstructive sleep apnea : A review. » Sleep 2006.
(4) Marin JM, et al. « Long-term cardiovascular outcomes in men with obstructive sleep apnoea-hypopnoea with or without treatment with continuous positive airway pressure: An observational study. » Lancet. 2005.

error: Contenu protégé sous copyright