Flacons en PET, HDPE et en verre : Tout ce qu’il faut savoir sur ces matériaux

Dans l’article « Les gélules en blister : pourquoi faut-il les éviter ? », nous avons vu les différentes raisons pour lesquelles nous devons préférer les flacons en plastique recyclable au blister en aluminium, en ce qui concerne le choix des contenants de nos compléments alimentaires. Des micro-particules de ce métal, comme il a été dit, peuvent migrer vers le produit qu’il contient. L’aluminium, bien qu’il soit à l’état de trace ne reste pas sans effet sur notre organisme au fil des temps. Mais attention, les flacons en plastique même dit « recyclable » peuvent être tout aussi néfaste ! Aujourd’hui le scandale des bouteilles d’eau qui contiennent dans 93% des cas des perturbateurs endocriniens (étude publié le 14 mars 2018 sur la plateforme médiatique Orb Media), nous oblige à vous apporter de plus amples informations à ce sujet qui concerne également les compléments alimentaires dans les lignes ci-après. Quand vous achetez un flacon en plastique, il faut savoir de quel plastique il s’agit réellement, car bien évidemment certains sont cancérigènes.

Flacon en PETE : un plastique à risque

Propriétés physico-chimiques

La fabrication des flacons en PET fait intervenir des substances à effet perturbateur endocrinien
La fabrication des flacons en PETE fait intervenir des substances à effet perturbateur endocrinien

Le PETE, PET ou polytéréphtalate d’éthylène n’est pas un polyéthylène (polymère d’éthylène, qui est un hydrocarbure insaturé, le plus simple des alcènes ) même si son nom le laisse entendre ; mais plutôt un polyester (polymère d’ester, qui est un composé chimique issue de la combinaison d’un acide organique et d’un alcool).

Ce matériau a été découvert en 1941 par les deux chimistes britanniques, John Rex Whinfield et James Tennant Dickson, en mélangeant un diol et un diacide : acide térephtalique + éthylène glycol, par un procédé de polyestérification et de polyconsensation à des températures supérieures à 279°C et des pressions de plus de 50 Pa.

Il est important de souligner que l’acide téréphtalique et l’éthylène glycol sont tous deux issus du pétrole brut suite à une réaction faisant intervenir l’oxygène.

flacon PETE
Bien vérifier en dessous de vos flacons de quoi il s’agit. Ici la marque Nutrixeal qui utilise du PETE

Inconvénients

L’étude publié sur Orb Media (14 mars 2018) sur les bouteilles contaminés (plus de 250 analysées…) porte justement sur le PETE : 10,4 particules de 0,10 millimètre de diamètre ont été retrouvé en moyenne pour chaque litre d’eau !

Des phtalates ? : Malgré le fait que le polytéréphtalate d’éthylène présente le radical « phtalate » dans sa dénomination, il n’en contient pas et d’ailleurs sa conception n’en nécessite pas. Le phtalate est un dérivé de l’acide phtalique qui provient du naphtalène, un hydrocarbure aromatique avec un aspect de paillette blanc issu du goudron de houille. L’ingestion de ce composé chimique peut provoquer des effets secondaires majeurs, d’après nombre de revues scientifiques dont : perturbation de la fonction endocrine, atrophie testiculaire, baisse de fertilité, malformation congénitale chez le fœtus, voire mortalité.

Plusieurs publications scientifiques ont, cependant, souligné que même si la fabrication du PET ne fait pas intervenir le phtalate, ce matériau peut en libérer au fil du temps. Au cours de ces expériences scientifiques, des dizaines de marques d’eau minérale en bouteille PET ont été stockées dans différents endroits avec des températures variées, allant de 25 à 45°C pendant 120 jours. Si au début de l’expérience, le taux de phtalates était nul, au terme de ce délai il a été constaté que les bouteilles soumises à la chaleur ont libéré des taux plus élevés de ce composé chimique.

Contrairement à ce qu’annonce des marques comme Nutrixeal par exemple, leurs flacons qui ont jusqu’à aujourd’hui toujours été en PETE (voir image ci contre), libèrent donc bien des phtalates.

De l’antimoine ? : À part les phtalates, de l’antimoine semble également se dégager de ce matériau en plastique et contaminer son contenu, selon d’autres écrits scientifiques. L’antimoine est un métalloïde toxique et scientifiquement prouvé cancérigène, à l’instar de l’arsenic.

Cette étude scientifique menée sur des bouteilles d’eau vendues aux États-Unis a demontré que si les produits testés ne présentaient qu’une très faible concentration d’antimoine de l’ordre de 0,095 à 0,521 ppb lors des premiers contrôles, ces valeurs ont fortement augmenté après 3 mois d’exposition sous des températures variées, 60, 65, 70, 75, 80 et 85°C. (2)

Le PETE est utilisé comme flacon par certaines marques de compléments alimentaires car il donne notamment un aspect brillant.

Flacon en HDPE : le meilleur choix

Propriétés physico-chimiques

Les flacons HDEP sont plus stables
Les flacons HDPE sont plus stables et résistants aux produits chimiques

Le HDPE, PEHD ou High-density polyethylene, littéralement traduit en français par polyéthylène à haute densité est un autre matériau en plastique fréquemment employé dans la conception de flacons. Ce polyéthylène thermoplastique fut synthétisé pour la première fois en 1953 par le chimiste allemand Karl Ziegler. Ce composé chimique est apprécié pour sa résistance et sa densité très élevée, qui peut aller de 0,93 à 0,97 g/cm3 ou 970 kg/m3.

Par rapport aux autres variantes de polyéthylène, telles que le polyéthylène à basse densité (LDPE) ou à densité moyenne (MDPE), celui-ci est plus opaque, flexible et solide, avec une capacité de résistance à des températures élevées (120°C) et très basses (-50°C). Ce matériau supporte, par ailleurs, très bien les acides, les hydrocarbures aromatiques, et autres substances chimiques puissantes.

Avantages

Nombreuses publications scientifiques en ont parlé, le HDPE ne conduit pas à la lixiviation de molécules dangereuses pour la santé ; que ce soit suite à un fort lavage avec des solvants ou d’autres susbtances chimiques, ou après une exposition prolongée à des températures variées.

Cette étude, par exemple, avait pour but d’évaluer le devenir du lait UHT contenu dans une bouteille en HDPE stockée dans des températures variées. L’échantillon testé comprenait 300 unités de bouteille dont chacune a été soumise à une témpérature élevée de 135°C, puis à 141°C. La qualité de ces produits a été plusieurs fois controlée, tout au long de l’expérience. Leur apparence, leur goût et leur arôme ont été comparés à d’autres laits UHT frais des commerces locaux.

Les résultats ont montré qu’aucune substance chimique issue du HDPE n’a migré vers le lait. En prime, la qualité du lait n’a pas changé et a présenté une durée de vie appréciable, allant de 4 à 11 semaines. (3)

Le HDPE est le matériaux le plus sûr pour la santé des consommateurs, aujourd’hui il est notamment utilisé pour les biberons.

Résumé entre les deux plastiques selon l’Institut national d’information en santé environnementale du Canada :

PETE ou HDPE

Flacon en verre

Les flacons en verre sont instables dans certaines conditions
Les flacons en verre sont instables dans certaines conditions

Propriétés physico-chimiques

Le flacon en verre, de son côté, est élaboré soit à partir de débris de verres dits « calcins », ou bien de matières premières très diversifiées, variables en fonction du type de verre à fabriquer. Les principaux éléments chimiques qui le composent sont notamment le dioxyde de silicium, l’oxyde de soude, l’oxyde de calcium, l’oxyde de magnésium et l’oxyde d’aluminium. D’autres éléments intermédiaires peuvent également entrer dans le processus de fabrication, tels que l’aluminium, le nickel, le fer et le titane ; voire des oxydes métalliques tels que l’oxyde d’antimoine et l’oxyde d’étain qui influent sur sa couleur.

Sa fabrication comprend deux étapes distinctes, qui consistent dans un premier temps à chauffer ces composés à très haute température avoisinant les 1 500°C, et puis dans un second à les refroidir afin de leur permettre de se lier entre eux et former cette matière transparente ou opaque.

Avantages

Il est connu du grand nombre que le verre est un matériau stable et neutre, idéal pour conserver différents produits, que ce soit médicaments, aliments ou boissons. Certes, le flacon en verre est hermétique, hygiénique et durable, mais sa stabilité fait encore l’objet de nombreuses polémiques auprès des scientifiques en ce moment.

Inconvénients

Le verre n’est pas aussi stable qu’on ne le pense. Pour prouver ce fait, prenons toujours comme exemple les expériences qui ont utilisé de l’eau minérale en bouteille afin de vérifier la stabilité de ce matériau inorganique.

Le laboratoire de toxicologie de Toulouse s’est lancé dans une étude fortement intéressante qui consiste à comparer la qualité de l’eau minérale stockée en bouteille de verre et de l’eau conservée dans une bouteille en plastique. Ces bouteilles d’eau ont été stockées dans différents endroits avec des températures variées, pendant une année entière. Les chercheurs, étonnés des résultats de cette expérience, ont découvert que l’eau issue de la bouteille en verre présentait des teneurs élevées en plomb et d’autres métaux lourds, qui ne sont autres que les matières premières de fabrication de ce matériau. (4)

Conclusion, la qualité et la stabilité du verre dépendent des matières premières qui le composent. Actuellement, la plupart ne sont plus constituées à base de silice, mais d’autres matériaux chimiques qui peuvent être dangereux. C’est pourquoi certains flacons et bouteilles en verre sont instables et ne résistent pas aux substances acides.

Le HDPE représente donc le meilleur choix à ce jour pour les flacons de gélules. Vérifier bien de quoi il s’agit en dessous des marques que vous achetez et évitez le PETE.

 

Références

(1) Leonard Sax. « Polyethylene terephtalate may yield endocrine disruptors ». Environ Health Perspect. 2010 Apr;118(4):444-448.
(2) Westerhoff P. « Antimony leaching from polyethylene terephtalate (PET) plastic used for bottled drinking water ». Water Res. 2008 Feb;42(3):551-556.
(3) Petrus RR and al. « Sensory stability of ultra-high temperature milk in polyethylene bottle ». J Food Sci, 2009.
(4) Vidéo intitulée « Du poison dans l’eau du robinet », France Télévision 2015.

Be the first to comment

Leave a Reply

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright