Santé Science
Santé Science » Plantes médicinales » Konjac

Konjac

Outre son usage dans diverses recettes de cuisine, le konjac est aussi considéré en Asie comme une plante médicinale. Les médecines traditionnelles orientales lui ont attribué des propriétés thérapeutiques allant du traitement d’une simple toux à celui d’un cancer. Dans le monde occidental, les produits issus de cette plante sont surtout utilisés en cas de régime minceur.

Présentation du konjac

Le konjac, de son nom botanique Amorphophallus konjac, est une plante de la famille des Araceae. Il pousse à partir de son rhizome, qui pèse en général dans les 5 kg (avec environ 25 cm de diamètre). Mais des spécimens beaucoup plus grands ne sont pas rares.

konjac
Le konjac peut être consommé sous forme de nouille

Également dénommé langue du diable, il est retrouvé à l’état naturel dans de nombreuses recettes, dans les pays du Sud-est asiatique. Ses premières utilisations dans cette partie du globe remonteraient au 6e siècle. Consommés comme de la pomme de terre, les rhizomes sont aussi utilisés pour la production de farine. Utilisée par la suite dans la fabrication de pâtes, de nouilles et également de riz, qui sont la base de l’alimentation asiatique. Mélangée à de l’eau de chaux, elle permet la production de gelée de konjac et de vermicelles appelés shirataki. Du glucomannane en est aussi, par ailleurs, extrait. Il s’agit d’un produit utilisé comme épaississant dans l’industrie agroalimentaire.

Dans la pharmacopée asiatique, la plante est considérée comme un remède, préconisé en cas de toux, d’asthme, de brûlures, et même de cancer. Ces bienfaits n’ont, toutefois, pas encore été reconnus par les chercheurs occidentaux. Ils lui attribuent à la place, des vertus thérapeutiques qui peuvent servir à des objectifs de perte de poids.

Bienfaits santé du konjac

Grâce à certaines de ses propriétés, le konjac est reconnu comme un allié minceur de taille. Voici les atouts du konjac pour un objectif perte de poids :

Procurer un effet de satiété

La consommation de konjac procure une sensation de satiété. Il est, en effet, considéré comme étant un coupe-faim naturel du fait de sa haute teneur en glucomannane. Il s’agit d’un type de fibre alimentaire soluble et connu pour sa haute capacité à absorber de l’eau.

Le fait est qu’une fois dans l’estomac, les fibres vont gonfler au contact de liquides. Ce qui va procurer à l’individu une sensation de satiété. Il aura dès lors moins envie de manger au cours du repas, permettant ainsi de réduire ses apports caloriques journaliers. Pris en milieu de journée, le konjac va éviter les grignotages – qui sont la principale cause de prise de poids.

Améliorer le transit digestif et favoriser la détoxification

Tout comme les autres plantes à forte teneur en fibres, le konjac est bénéfique pour le transit digestif. Une fois dans les voies digestives, le glucomannane va, en effet, agir comme un régulateur du passage du bol alimentaire. Au niveau de l’intestin, il permet d’éviter, voire de traiter des états de constipation en améliorant l’excrétion des selles vers l’extérieur.

Grâce à cette action, ce remède contribue dans un même temps à détoxifier l’organisme. Il favorise en fait l’élimination des toxines et autres déchets nuisibles.

Améliorer le bilan sanguin

La langue du diable est reconnue par diverses études comme pouvant améliorer le bilan sanguin. (1)

D’une part, elle est avancée comme possédant une activité hypocholestérolémiante. Sa prise a, en effet, permis de réduire le niveau total du cholestérol retrouvé dans le sang des sujets observés. Une baisse particulière du taux de LDL a aussi été constatée. Le glucomannane que la plante renferme peut, en effet, interférer dans la circulation du cholestérol. Ce qui va réduire le niveau de celui-ci parvenant dans les artères.

D’autre part, elle présente un effet hypoglycémiant. Les fibres que les rhizomes de la plante contiennent contribuent, en effet, au ralentissement de la libération du glucose. Ce qui va permettre de réduire le taux de sucre parvenant dans l’intestin, et donc dans le sang.

Grâce à ces actions, le konjac contribue tant à la perte de poids qu’à la prévention de diverses affections. C’est surtout le cas des pathologies cardiovasculaires.

Dosage et précautions d’emploi

La dose souvent recommandée varie entre 750 à 1500 mg par jour. Le produit est disponible sous diverses formes : pâtes, riz ou encore gélules coupe-faim. En général, sa prise (dans la limite du dosage prescrit) n’engendre aucun effet indésirable. Il reste toutefois conseillé d’ingérer le complément alimentaire avec beaucoup d’eau.

Rarement, le konjac peut conduire à des troubles digestifs tels que des diarrhées, flatulences ou une sensation d’être trop plein. En cas de surdosage, il peut conduire à une occlusion des voies digestives, associée à des douleurs abdominales.

Bien qu’une cure de konjac soit considérée comme « sans danger », il est recommandé à certains sujets d’éviter tel traitement. C’est notamment le cas des femmes enceintes ou allaitantes. En effet, la toxicité de la plante n’a pas encore clairement été étudiée. Il est également proscrit chez des personnes présentant une obstruction du tube digestif.

Références

(1)Sood N. et al. « Effect of Glucomannan on Plasma Lipid and Glucose Concentrations, Body Weight, and Blood Pressure : Systematic Review and Meta-Analysis.» The American Journal of Clinical Nutrition, Vol 88, 2008.