Santé Science
Santé Science » Bacopa monnieri

Bacopa monnieri

Le bacopa monnieri comptait déjà parmi les plantes médicinales les plus utilisées dans les médecines traditionnelles asiatiques, notamment en Inde. Le fait est qu’il présente de nombreux et divers bienfaits sur la santé, et particulièrement sur la fonction cérébrale. Ce ne fut pourtant que dans les années 80 que son usage parvint dans le monde occidental. Aujourd’hui, le recours à des extraits de la plante s’est largement répandu dans la médecine moderne.

Présentation du bacopa monnieri

bacopa monnieri
Le bacopa monnieri est excellent pour la fonction cognitive

Le bacopa monnieri communément appelé bacopa, hysope d’eau ou encore brahmi est une plante grasse aquatique. Il pousse naturellement dans les zones marécageuses de l’Inde, du Sri Lanka, du Népal ainsi que dans l’Extrême-Orient. Il est également retrouvé en culture dans certaines parties des États-Unis et dans le sud de l’Europe.

Son premier usage dans les médecines traditionnelles remonte à plus de 3000 ans. En Inde, l’ayurvéda lui attribue la faculté de traiter les troubles des fonctions cognitives de la mémoire. Il sert aussi de remède aux perturbations nerveuses, psychologiques et mentales. En Chine, la plante est utilisée pour prendre en charge l’infertilité et les dysfonctions sexuelles. Ailleurs, il est aussi préconisé pour apaiser les douleurs articulaires, et soigner les affections digestives et respiratoires.

La partie du bacopa utilisée en phytothérapie est le jus extrait de ses feuilles et de ses tiges. Celui-ci renferme, en effet, divers principes actifs dont des minéraux comme fer, calcium, phosphore ainsi que de la vitamine C. Il contient également des antioxydants, dont des bacosides qui sont capables d’agir directement au niveau du cerveau.

Propriétés médicinales du bacopa monnieri

Un bon nombre d’utilisations thérapeutiques sont attribuées au bacopa monnieri.

Amélioration des fonctions cognitives dont la mémoire

Le bacopa est particulièrement connu pour ses bienfaits sur les diverses fonctions cognitives, et ce, à tout âge. Parmi celles-ci, il y a notamment le raisonnement, l’attention, la concentration, l’apprentissage et la mémoire. Diverses études affirment que la plante peut améliorer ces facultés, mais également inverser les troubles associés s’installant avec le temps.

Pour ce qui est de la mémoire, c’est notamment par son action antioxydante que le bacopa parvient à l’améliorer. En neutralisant les effets du stress oxydatif, il permet de prolonger la durée de vie des neurones se trouvant dans l’hippocampe. Il s’agit de la zone du cerveau associée à la faculté de mémorisation à long terme. Une étude affirme aussi sa capacité à réduire l’oubli des informations récemment acquises (1). Il contribue, par ailleurs, à une meilleure circulation sanguine au niveau du cerveau favorisant ainsi à maintenir les performances cérébrales.

Neuroprotecteur

Le bacopa constitue un remède potentiel pour prévenir et soigner des affections du cerveau notamment celles dues au déclin cognitif.

Ses propriétés antioxydantes contribuent, en effet, à inhiber les dommages oxydatifs au niveau cérébral. Ce qui va améliorer la viabilité des neurones et renforcer les facultés du cerveau.
Son action anti-inflammatoire, elle, peut apaiser l’inflammation caractéristique des maladies dégénératives comme celles d’Alzheimer. Il s’agit, pourtant, d’un facteur connu comme pouvant aggraver la dégradation tissulaire.

Par ailleurs, il a été observé que cette plante peut diminuer la charge amyloïde au niveau du cerveau. Ceci va empêcher la formation de plaques amyloïdes qui sont responsables en grande partie de la dégénérescence cérébrale.

Prévention du stress et de l’anxiété

Le Bacopa monnieri peut aider à prévenir le stress et l’anxiété. Il est, en effet, considéré comme étant une plante adaptogène, c’est-à-dire capable d’améliorer la résistance du corps au stress. En plus de contribuer à une bonne humeur, sa prise peut, en effet, faire baisser le taux de cortisol. Celui-ci n’est autre qu’une hormone étroitement liée au niveau de stress.

Traitement d’une hypertension artérielle

En cas de problème d’hypertension, le bacopa peut être bénéfique du fait de sa capacité à maintenir la pression artérielle à un niveau normal. Une fois dans l’organisme, il produit en effet une substance qui permet de dilater les vaisseaux sanguins. Ce qui va améliorer la circulation sanguine et faire ainsi baisser la tension. Cette action semble surtout efficace chez des modèles animaux hypertensifs, et agit aussi bien sur la pression systolique que diastolique. Des études plus approfondies sont toutefois nécessaires sur l’homme pour confirmer ces bienfaits de la plante.

Remède anticancéreux

Lors d’études in vitro et menées sur des animaux, il a été observé que le bacopa présente un effet anticancéreux (2). Les bacosides qu’il renferme sont, en effet, parvenus à tuer d’agressives cellules tumorales du cerveau. L’usage de la plante a aussi inhibé la croissance de cancers du sein et du côlon. Ils ont, en outre, provoqué la mort de cellules cancéreuses de la peau chez des modèles animaux. Les chercheurs suggèrent que cet effet est dû aux bacosides et aussi aux antioxydants que le bacopa monnieri renferme en grande quantité.

Précautions d’emploi et dosage du bacopa monnieri

Le bacopa monnieri est disponible sous différentes formes sur le commerce, telles qu’en gélules, capsules ou en poudre. Dans ce dernier cas, il peut être pris comme thé ou boisson en ajoutant de l’eau chaude. La dose journalière souvent prescrite est de 300 à 450 mg, répartie en trois prises.

Même si l’usage de ce complément est considéré comme sans danger, il peut cependant causer des troubles digestifs chez certaines personnes. Ceux-ci peuvent inclure des nausées, des diarrhées ou aussi des crampes gastriques.

Il est, en outre, déconseillé durant une grossesse. L’avis d’un médecin peut, par ailleurs, être nécessaire en cas de traitement médical.

Références

(1)Roodenrys S, et al. « Chronic Effects of Brahmi (Bacopa monnieri) on Human Memory.» Neuropsychopharmacology. 2002.
(2) John S. et al. « Bacoside A induces tumor cell death in human glioblastoma cell lines through catastrophic macropinocytosis.» Front Mol Neurosci. 2017.

error: Contenu protégé sous copyright