Santé Science
Santé Science » Tribulus terrestris (tribule terrestre)

Tribulus terrestris (tribule terrestre)

Les bienfaits thérapeutiques du tribulus terrestris ont longtemps été reconnus dans les médecines ancestrales des pays de l’Est. On lui a attribué des vertus, telles que fortifiant physique, aphrodisiaque et protecteur du système cardiovasculaire. Ce ne fut pourtant que dans les années 1980 que son usage s’est répandu dans le monde occidental. Aujourd’hui, il est retrouvé dans divers produits vendus pour ces mêmes propriétés avancées depuis l’Antiquité.

Présentation du tribulus terrestris

tribulus terrestris
Le tribulus terrestris est un excellent remède contre l’infertilité et les troubles sexuels

Le tribulus terrestris, communément appelé tribule terrestre, est une plante originaire des régions méditerranéennes. Sa première utilisation comme remède date depuis plus de 2000 ans dans les médecines traditionnelles. En Inde, les praticiens ayurvédiques l’ont longtemps employé comme aphrodisiaque, rajeunissant, diurétique et tonique. Dans l’Extrême-Orient, il compte parmi les plantes utilisées pour le traitement des troubles cardiovasculaires et du système urinaire. Il est aussi utilisé en cas d’infertilité et de dysfonctionnements sexuels.

Dans les années 1980, les bienfaits de la plante sur la santé ont commencé à susciter l’attention des scientifiques. La performance physique et l’endurance de grands sportifs se sont, en effet, largement améliorées grâce à son utilisation. Sa réputation s’est, par la suite, étendue lorsque des chercheurs ont avancé ses effets sur la libido. Aujourd’hui, divers produits vendus pour améliorer les performances physiques ou sexuelles contiennent des extraits de fruit de tribule terrestre.

Propriétés médicinales du tribulus terrestris

Certaines propriétés médicinales sont attribuées au tribulus terrestris.

Traitements des troubles hormonaux

Diverses études reconnaissent que le tribule terrestre peut traiter des problèmes d’infertilité et de dysfonctionnement sexuel chez l’homme. Il a, en effet, permis d’augmenter la quantité de sperme chez des sujets atteints d’hypotrophie des testicules. Le nombre ainsi que la mobilité des spermatozoïdes se sont améliorés chez d’autres qui n’en produisent pas suffisamment. Par ailleurs, il a été constaté que le niveau de cholestérol a baissé au profit de celui de la testostérone. Ce qui signifie que sous l’effet de la plante, la production de cette hormone augmente. Ce qui entraîne la baisse du cholestérol sanguin qui est en fait un précurseur de la testostérone.

Il est à noter que chez des hommes sains, le tribulus n’exerce aucune de ces actions. Ce remède sert, en effet, à réguler plutôt qu’à augmenter un taux anormal de spermatozoïdes et de testostérone. Il permet, en outre, d’apaiser les symptômes liés à la ménopause et à l’andropause.

Amélioration des performances physiques

Le tribule terrestre est avancé comme pouvant améliorer l’endurance et renforcer les muscles. Ce qui explique pourquoi les médecines traditionnelles lui ont imputé des effets toniques et fortifiants. Le fait est qu’une fois dans l’organisme, il régule le taux des hormones stéroïdiennes, dont la testostérone. Celle-ci est pourtant connue comme pouvant exercer une action favorable sur les capacités physiques et les muscles. Outre les performances sportives, la plante est aussi bénéfique en cas de fatigue ou lors d’une baisse de l’énergie.

Un produit à base de cette plante n’est toutefois pas suffisant pour renforcer la masse musculaire. La prise de protéines et de calories est toujours nécessaire.

Traitements des troubles sexuels

Chez des sujets présentant des problèmes hormonaux puis ayant reçu du tribule, une amélioration des dysfonctionnements sexuels a été observée. Parmi celles-ci, il y a entre autres l’impotence, les troubles de l’érection et aussi la baisse de la libido. Cet effet est surtout dû à la présence de stéroïdes saponines parmi les principes actifs de la plante. Pour une meilleure efficacité, une association avec d’autres plantes aphrodisiaques est souvent recommandée. On peut, par exemple, la prendre avec du ginseng, ou bien de la maca.

Traitements des affections cardiovasculaires

Le tribule terrestre présente des effets bénéfiques sur le système cardiovasculaire reconnus d’ailleurs depuis des siècles par la pharmacopée chinoise. Il exerce, en effet, une action protectrice sur le cœur et aide à prévenir la survenue des pathologies cardiovasculaires. Il améliore également la circulation du sang et est efficace pour faire baisser la pression artérielle. Ceci s’explique en partie par sa capacité à réduire le niveau de cholestérol sanguin. Il renferme aussi des phytostérols qui peuvent contribuer au bon fonctionnement cardiovasculaire.

Prévention des calculs rénaux

Une étude tend à confirmer les actions du tribule contre les calculs rénaux (2). Les praticiens ayurvédiques lui ont, en fait, attribué la vertu de pouvoir traiter cette pathologie et d’en apaiser les symptômes. Au cours de l’observation, des extraits de la plante ont empêché la formation de cristaux d’oxalate. L’expérience a toutefois été menée in vitro, nécessitant alors d’autres études pour vérifier la véritable efficacité du remède.

Précautions d’emploi et dosage du tribulus terrestris

La dose quotidienne de tribulus terrestris fréquemment recommandée est de 600 mg à 1200 mg. De préférence, prendre le remède en deux prises et avant 20 heures. Il ne présente en général aucun effet secondaire dans la limite des doses prescrites. De graves atteintes du foie et de la rétine seraient à craindre, mais n’ont pas encore été rencontrées. L’utilisation de la plante ne doit pas toutefois dépasser 15 jours consécutifs.

Pour profiter de tous les bienfaits du tribule, il est conseillé d’opter pour un produit bio de bonne qualité. Bien que les gélules soient les plus courantes, le remède existe aussi en teinture mère.

Dans tous les cas, son usage est déconseillé chez la femme enceinte ou allaitante. Il peut, en outre, causer une irritation des muqueuses des voies digestives ou un reflux gastro-œsophagien chez des sujets sensibles. Dans tel cas, mieux vaut arrêter le traitement.

Références

(1) Protich m. et al. « Clinical trial of the preparation Tribestan in infertile men.» Akush Ginekol. 1983.
(2) Aggarwal A. et al. « Diminution of oxalate induced renal tubular epithelial cell injury and inhibition of calcium oxalate crystallization in vitro by aqueous extract of Tribulus terrestris. » Int Braz J Urol. 2010.

error: Contenu protégé sous copyright