Hydroxycitrate

Principe acif de la garcinia cambogia, l’Hydroxycitrate est connu comme étant capable de favoriser la perte de poids. Comment agit-il sur les graisses du corps ? Possède-t-il d’autres bienfaits pour la santé ? Comment profiter de toutes ses qualités thérapeutiques ?

Hydroxycitrate molecule

Aussi désigné sous le nom d’acide hydroxycitrique (AHC), l’hydroxycitrate est l’une des molécules actives responsables des propriétés médicales de la garcinia cambogia ou le tamarinier de Malabar ; la plante arbustive dont les fruits sont célèbres pour leur effet amaigrissant. Ce composé chimique fut découvert il y a plus de cinquante ans, au début des années 60 plus précisément ; mais ne connaitra cependant le succès que dans les années 2010. Aujourd’hui, c’est un ingrédient star des compléments alimentaires dédiés à la perte de poids. Un grand nombre de consommateurs se pose souvent la question, s’il est réellement efficace ou non. L’hydroxycitrate peut-il vraiment nous aider à perdre nos kilos en trop ? Ce billet dévoile ses véritables mécanismes d’action dans ce domaine, ainsi que ses autres bienfaits sur la santé, d’après les scientifiques qui l’ont étudié.

Présentation de l’hydroxycitrate

Molécule active de la garcinia cambogia

L’hydroxycitrate, comme il a été mentionné au départ, est un des composants actifs de la garcinia cambogia, une plante médicinale fortement appréciée en médecine ancestrale indienne, l’Ayurvédia. À titre de rappel, c’est une plante arbustive de la famille des Clusiaceae qui croit surtout dans les forêts humides du globe tels qu’en Asie et Australie, et possède des fruits au pouvoir amaigrissant, dont l’apparence est proche de celle de la citrouille.

Seule deux variétés de Garcinia contiennent cette substance active à des teneurs élevées. Cette molécule peut être aussi trouvée dans les feuilles de l’hibiscus, appelé aussi oseille de Guinée (Hibiscus sabdariffa). Il est difficile de rencontrer cet acide dans d’autres espèces végétales, et à l’état libre dans la nature. D’ailleurs, lors de sa découverte dans les années 60, les chercheurs l’ont confondu avec l’acide citrique.

Caractéristiques physiques et chimiques

L’hydroxycitrate est en fait un acide-alcool ou acide de fruit, dérivé de l’acide citrique, une substance naturellement présente dans le citron et l’orange qui leur confère un goût aigre. Ces molécules naturelles, présentes dans la plupart des plantes médicinales, se distinguent par leur structure chimique qui comprend une fonction alcool et un groupement acide carboxylique. Elles sont réputées pour leur effet sur la fonction métabolique, en l’activant, et en facilitant le drainage dans l’organisme en cas de rétention d’eau.

L’acide hydroxycitrique a pour formule chimique C6 H8 O8 et masse molaire 208,12 g/mol. Ce composé organique est particulièrement instable et n’existe que sous forme de lactone, c’est à dire qu’il renferme un groupement cétone fixé à un hétérocycle (composé organique avec un cycle d’atomes constitués de deux éléments différents au minimum). Une étude conduite par Lewis et son équipe en 1965 a montré que l’HCA possède 4 isomères, dont la structure chimique varie en fonction de la position des atomes d’hydrogène et d’oxygène. D’après les observateurs, ces différences ont légèrement des impacts sur les propriétés médicales de ces isomères. (1)

Les quatres isomères de l’acide hydroxycitrique :

Les 4 isomères de l'hydroxycitrate
Les 4 isomères de l’hydroxycitrate

I : Ds Ds – acide hydroxycitrique/Erythro-Ds-acide hydroxycitrique
II : Ls Lg – acide hydroxycitrique/Erythro-Ls acide hydroxycitrique
III : Ds Lg – acide hydroxycitrique/Threo-Ds-acide hydroxycitrique
IV: Ls Dg – Acide hydroxycitrique/Threo-Ls-acide hydroxycitrique

Mécanismes d’action de l’hydroxycitrate sur la perte de poids

L’hydroxycitrate, comme il a été plusieurs fois mentionné dans ce dossier, est réputé pour sa capacité de favoriser la perte de poids. Il convient, cependant, d’apporter plus d’explications sur ses manières d’agir sur l’organisme ; car souvent, nous entendons parler de son pouvoir brûle-graisse, une action qui a été prouvée que par quelques expériences scientifiques.

Bloquer la synthèse des graisses

Actions de l'hydroxycitrate sur le métabolisme des lipides
Actions de l’hydroxycitrate sur le métabolisme des lipides

La plupart des expériences menées sur ce composé organique ont été réalisées sur des animaux. Les résultats de ces dites études ont été satisfaisants. Il a été donc découvert que l’hydroxycitrate est capable de bloquer l’activité de l’enzyme ATP-citrate lyase, responsable de la lipogenèse dans l’organisme.

Dans cette expérience, par exemple, cet acide de fruit a été utilisé comme complément à l’alimentation d’un échantillon de 120 poulets de chair. Ces volailles ont été départagés en 4 groupes et ont reçu respectivement tous les jours pendant 4 semaines, 0 mg, 1 000 mg, 2 000 mg et 3 000 mg /kg de cette substance active. Le but de cette étude est de vérifier si l’hydroxycitrate peut réellement empêcher la formation de graisses chez ces animaux, car il est connu que les graisses du poulet de chair ne restent pas sans effet sur l’organisme humain. Il a été donc remarqué à la fin de l’expérimentation que les groupes qui ont administré 2 000 et 3 000 mg/kg de HCA ont présenté des taux significativement bas de LDL (lipoprotéines de basse densité ou mauvais cholestérol) et une activité accrue de la triglycéride lipase hépatique ou TGL-H. Cette dernière est, en fait, une enzyme lipolytique qui est fabriquée par les cellules du foie et joue un rôle clé dans la formation des pré-β HDL (pré-β lipoprotéines de haute densité), capteurs hépatiques des HDL (bon cholestérol). Un déficit de cette enzyme est connu comme étant un facteur favorisant de la formation du diabète, de l’athérosclérose coronaire et de l’insuffisance rénale. La baisse du taux des lipides sanguins a été accompagnée d’une perte de poids chez ces deux groupes. (2)

Dans cette autre étude scientifique, l’hydroxycitrate a été injecté par voie intrapéritonéale chez des rats de laboratoires, ayant été soumis à un régime riche en glucose et fructose. Au moment de l’administration, le poids de ces animaux a été en moyenne de 137,2 g pour le premier groupe qui ont pris du glucose, et 158,8 g pour le second groupe, ayant consommé du fructose. Au terme du traitement, il a été constaté une perte de poids non négligeable chez les deux groupes. L’acide hydroxycitrique a empêché l’activité de l’acétyl-coenzyme A, précurseur des acides gras. (3)

Agir comme un coupe-faim

Hydroxycitrate agit comme un coupe-faim
Hydroxycitrate agit comme un coupe-faim

Une autre action de l’hydroxycitrate connue pour favoriser la perte de poids est de réduire la sensation de faim. Nombreuses sont les publications scientifiques qui ont mis en avant cet effet coupe-faim dans leurs grandes lignes, mais les mécanismes d’action exacts de cette molécule ne sont pas toutefois encore complètement compris jusqu’à ce jour.

Dans cette revue datant de 2002, par exemple, l’utilisation de cet extrait de garcinia chez des rats de laboratoires a eu des effets sur la synthèse de sérotonine, un neurotransmetteur (composé chimique libéré par les neurones) impliqué dans la régulation du comportement alimentaire et du contrôle de l’appétit. L’ajout de cette substance directement sur des échantillons de cortex cérébral de rats in vitro, préalablement incubés pendant 20 minutes dans une solution de Krebs oxygénée (solution aqueuse composée d’ions calcium, potassium, sulfate de magnésium, glucose, albumine, hydrogénocarbonate, chlorure et throméthamine), a conduit à une augmentation rapide du niveau de sérotonine. Le même effet a été remarqué quand l’extrait a été utilisé sur des cellules incubées dans des inhibiteurs de sérotonine, tels que la fluoxétine (100 µM) et la clomipramine (10 µM).

Les auteurs de cette publication ont conclu que l’acide hydroxycitrique peut être bien employé pour limiter la sensation de faim, et traiter en même temps tout problème lié à la baisse de sérotonine, tel que dépression, insomnie et migraine. Même à une dose orale élevée de plus de 5 000 mg/kg, cet acide de fruit n’a eu aucun effet secondaire majeur chez les sujets expérimentés. Les coupe-faims nous sont d’une grande aide lors d’un régime, car ils nous permettent d’une part d’éviter de grignoter et d’autre part de manger plus qu’il n’en faut au moment des repas. (4)

Stimuler la thermogenèse

La capacité de l’acide hydroxycitrique à favoriser la combustion des graisses fait souvent l’objet d’une polémique auprès des scientifiques. Si certains avancent que cette molécule est capable de brûler les graisses stockées dans les adipocytes, d’autres soulignent que son efficacité reste limitée. Des scientifiques se sont donc mis à étudier ses véritables mécanismes d’action sur ces cellules adipeuses.

En réalité, l’hydroxycitrate agit comme un stimulateur de la thermogenèse dans l’organisme, c’est à dire augmente la production de chaleur par le corps en boostant le métabolisme cellulaire. L’intense activité métabolique, qui a lieu au sein des cellules adipeuses (cellules graisseuses), conduit à un processus dit « brunissement ». Chez les sujets obèses et en surpoids, ce phénomène de brunissement qui transforment les cellules graisseuses blanches en brunes est très souhaitable car cela permet d’un côté de brûler le surplus de calories au lieu de les stocker, et d’un autre de favoriser une lipolyse (dégradation des lipides).

Son effet thermogénique est, toutefois, limitée. Il faut des doses plus élevées pour brunir un maximum de cellules adipeuses blanches. Ou bien, il faut combiner la molécule avec d’autres substances actives. La même revue scientifique a parlé de la synergie qui existe entre l’acide hydroxycitrique et la L-carnitine. Associé à ce dérivé d’acide aminé, l’hydroxycitrate semble avoir plus d’effet sur le métabolisme cellulaire. La combinaison de potassium, de magnésium, d’acide gamma-linolénique (oméga-6) et d’hydroxycitrate serait aussi efficace. Il a été remarqué lors des essais cliniques que, cet acide de fruit est plus soluble et facile à assimiler par l’organisme lorsqu’il est combiné avec ces autres composés chimiques. (5)

Autres propriétés médicales de l’hydroxycitrate

Effet sur la sclérose en plaques

Effets de l'hydroxycitrate sur les scléroses en plaque
Effets de l’hydroxycitrate sur les scléroses en plaque

De nombreuses études plus anciennes ont souligné l’action anti-inflammatoire de l’acide hydroxycitrique. En se basant sur cette hypothèse, des chercheurs ont utilisé cette molécule chez des modèles murins souffrant de scléroses en plaques afin d’évaluer son efficacité. Cette maladie auto-immune, rappelons-le, peut provoquer une démyélinisation (détérioration de la myéline qui est la gaine d’isolation des cellules nerveuses) et une altération de l’axone (partie allongée d’un neurone qui assure le passage des informations). Ce qui conduit à une perturbation de nombreux processus biologiques, dont l’immunité et l’inflammation.

Pendant 3 semaines, les sujets expérimentés ont reçu 2 g/kg/j d’acide hydroxycitrique. Les résultats du contrôle réalisé au terme du traitement ont montré une amélioration des parties lésées causées par la sclérose en plaque. Cet acide de fruit a agi à la manière d’un neuroprotecteur. Il a, par ailleurs, limité les effets néfastes des espèces réactives de l’oxygène (malondialdéhyde, oxyde nitrique) dues au stress oxydatif, et ceux de l’inflammation chronique, en inhibant l’action des médiateurs inflammatoires. (6)

Faible efficacité sur l’hyperglycémie

Quelques revues scientifiques ont aussi démontré l’action de l’hydroxycitrate sur des cas de diabète et d’hyperglycémie. Toutes les expériences ont été, cependant, menées uniquement sur des rongeurs ; autrement dit son effet sur l’Homme reste encore inconnu.

Dans cet essai clinique par exemple, cette substance active a été administrée chez des rats diabétiques de type 2 et en bonne santé, par voie intraduodénale. Une dose de 2 800 mg, diluée dans de l’eau, a été utilisée à cet effet, suivie de 60 g de glucose. Les sujets qui ont servi de témoins n’ont reçu que de l’eau.

Les analyses sanguines réalisées à chaque contrôle ont montré une diminution du taux de sucre sanguin chez les rats en bonne santé avec une bonne capacité d’absorption intestinale, par rapport aux sujets témoins. Chez les rongeurs diabétiques par contre, l’effet hypoglycémiant de l’acide hydroxycitrique n’a pas été significatif. Les observateurs ont conclu que cet acide de fruit ne peut servir que de traitement d’appui chez les personnes diabétique. (7)

Hydroxycitrate : Effets secondaires et danger

Existe t-il des effets secondaires liés à la prise d'hydroxycitrate ?
Existe t-il des effets secondaires liés à la prise d’hydroxycitrate ?

Un nombre important de scientifiques a déjà étudié les effets secondaires et la toxicité liés à la prise d’acide hydroxycitrique. La majorité d’entre ces études cliniques ont été, cependant, effectuées sur des animaux de laboratoires. La dose létale chez les rongeurs testés a été de plus de 4 000 mg/kgsupérieure à 2 000 mg/kg pour une injection péritonéale, selon les observateurs (8). Comme nous le voyons, ces valeurs sont particulièrement élevées.

L’hydroxycitrate pris selon les doses prescrites et la durée du traitement ne présente aucun danger sur la santé. Il a été même prouvé scientifiquement que cette molécule est plus sûre que l’acide citrique. Que faut-il donc penser de certaines publications diffusées sur internet qui parlent des dangers liés à la consommation de cet acide de fruit en complément alimentaire pour maigrir, et de l’interdiction de la vente de cette molécule sur le marché par l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé ?

Il convient donc de souligner ici qu’en réalité c’est la vente d’hydroxycitrate pur avoisinant les 100 % qui est interdit en France, depuis l’année 2012. Mais il est tout à fait possible de trouver ce complément alimentaire sous sa forme naturelle, à un taux de concentration plus réduit, inoffensif pour l’organisme ; mélangé avec d’autres ingrédients actifs naturels qui optimisent sa capacité d’absorption.

Des chercheurs se sont également mis à étudier la relation entre la prise de cet extrait de garcinia cambogia et l’insuffisance hépatique – un des effets secondaires connus de cet acide de fruit – dans le but de déterminer si ce complément alimentaire est réellement dangereux. Une des marques ayant fait l’objet de leur observation a été Premium Swanson ; un produit qui a occasionné des effets secondaires non négligeables auprès des consommateurs. Les résultats de leur enquête ont donc révélé qu’en fait le fabricant n’a pas dosé la teneur exacte d’hydroxycitrate qu’il a utilisé pour ses produits. Les auteurs de cette publication ont aussi mentionné la marque Hydroxycut®, qui a été retirée du marché par la FDA en 2004 après les 20 cas d’hépatotoxicité recensés liés à sa consommation. Ce fabricant, quant à lui, a inclus dans la liste de ses ingrédients actifs une certaine dose d’éphédrine afin d’optimiser les propriétés amaigrissantes de l’acide hydroxycitrique. L’éphédrine est pourtant classé dans la liste des produits dopants de classe A, et dont l’utilisation peut induire de véritables risques d’hépatotoxicité, d’infarctus du myocarde, d’hypertension artérielle et d’hémorragie cérébrale. (9)

Bien choisir son hydroxycitrate en gélules

Pour profiter des bienfaits de l’acide hydroxycitrique sans risques d’effets secondaires, il faut donc privilégier les produits dont le taux de concentration s’élève à 50 – 60 %. Si sa teneur est trop faible, son efficacité sera réduite.

Il faut aussi vérifier que le complément alimentaire ne renferme aucune substances dangereuses pour la santé, telles que l’éphédrine comme il a été dit ou bien des additifs chimiques toxiques.

Hydroxycitrate : Posologie

Pour ce qui est de la posologie, il est recommandé de prendre 500 à 1 500 mg de cet acide de fruit par jour, l’équivalent d’une à trois gélules. Le meilleur moment de la journée pour prendre ce supplément alimentaire est avant les principaux repas.

L’acide hydroxycitrique est déconseillé aux femmes enceintes et celles qui allaitent, ainsi qu’aux patients souffrant de maladie d’Alzheimer et de diabète. Si vous avez un taux de cholestérol élevé et que vous prenez des statines, signalez votre médecin avant de prendre ce complément alimentaire.

Chez certaines personnes sensibles, l’hydroxycitrate peut provoquer des effets indésirables tels que diarrhée, céphalées et flatulences.

Références

(1)Y.S Lewis et al « (-)-Acide hydroxycitrique: Acide principal dans les fruits de Garcinia cambogia desr». Phytochimie, vol 4, numéro 4, juillet 1965, p: 619-625.
(2) Phu T. Duong et al. « Caractérisation et propriétés des particules pré-HDL formées par l’efflux de lipides cellulaires à médiation ABCA1 en apoA-I ». Journal de recherche sur les lipides.
(3) Watson et al. « HCA, bloquant l’enzyme ATP-Citrate lyase ». 1969.
(4) Ohia SE et al. « Sécurité et mécanisme de suppression de l’appétit par un nouvel extrait à l’acide hydroxycitrique (HCA-SX) » Mol Cell Biochem, 2002.
(5) M.G. Soni et al. « Évaluation de la sécurité de l’acide (-) – hydroxycitrique et du Super Citrimax, un nouveau sel de calcium / potassium ». Toxicologie des aliments et de la chimie 42 (9): 1513-29.Oct 2004.
(6) Mahdi G et al. « L’acide hydroxycitrique améliore l’inflammation et le stress oxydatif chez les modèles murins de sclérose en plaques ». Recherche sur la régénération neurologique.
(7) Thazhath SS et al. « Effets de l’hydroxycitrate intraduodénal sur l’absorption du glucose, la libération d’incrétine et la glycémie en réponse à la perfusion intraduodénale de glucose en santé et au diabète de type 2: Un essai contrôlé randomisé ».
(8) Sullivan et al. « Effet de l’hydroxycitrate (-) sur l’accumulation de lipides chez le rat ». Lipides, 1973.
(9) Keri E. Lunsford et al. « Complément alimentaire dangereux: insuffisance hépatique à la Garcinia cambogia nécessitant une transplantation ». Revue mondiale de gastro-entérologie.

Partagez
Tweetez
+1
error: Contenu protégé sous copyright