Cordyceps

Le cordyceps figure parmi les remèdes les plus utilisés dans les pays d’Asie depuis plus de 3000 ans. Ce ne fut pourtant que vers la moitié des années 70 que ses propriétés ne soient constatées par les Occidentaux. Aujourd’hui, il s’agit d’un traitement reconnu surtout pour stimuler le système immunitaire et améliorer la vitalité de l’organisme.

Présentation du cordyceps

cordyceps
La forme du cordyceps rappelle celle d’une chenille

Le cordyceps est un genre de champignon qui parasite des araignées ou des insectes ayant ingéré son mycélium. Le plus fréquemment touché est une espèce particulière de chenille souterraine. Pour survivre et se développer, il se nourrit du corps de son hôte. Et au printemps, lorsque celle-ci remonte à la surface pour se métamorphoser en papillon, le champignon achève son développement. Il est alors le seul qui survit après quelques jours et prend une forme très particulière rappelant celle de la chenille.

Il s’agit d’un des champignons les plus utilisés dans la médecine traditionnelle chinoise et surtout tibétaine. Il en existe une centaine d’espèces, dont principalement le sinensis et le militaris, qui peut pousser en terre. À l’état sauvage, le cordyceps ne se rencontre que dans les hautes montagnes comme l’Himalaya. Mais sa rareté a conduit les Occidentaux à en faire des cultures sous serre.

Ses principes actifs

Le champignon renferme des nutriments connus pour leurs bienfaits sur le fonctionnement du corps et ses performances. Parmi ceux-ci, il y a notamment les vitamines E et K ainsi que celles du groupe B. Il contient aussi des minéraux, dont magnésium, fer, zinc, potassium, ainsi que des acides gras essentiels. Les polysaccharides sont aussi en quantité considérable. Ces sucres à digestion longue peuvent alors constituer une source d’énergie prolongée. Ce qui rend, d’ailleurs, la prise du champignon très intéressante lors de la pratique d’un sport d’endurance.

Il doit, en outre, son action sur la fonction sexuelle et reproductive à la présence de cordycépine. Cette molécule active a des effets aphrodisiaques et s’avère être capable d’augmenter les taux d’hormones sexuelles.

Propriétés médicales du cordyceps

Le cordyceps présente divers bienfaits sur la santé.

Augmentation des performances physiques

Des études avancent les actions bénéfiques que peut apporter le champignon en cas d’affaiblissement ou de fatigue. L’une d’entre-elles, affirmant son efficacité, a été menée sur des sujets âgés ou souffrant de cardiopathie chronique. L’administration quotidienne du remède a, en effet, permis d’augmenter leur énergie vitale ainsi que leur performance physique. (1)

Chez des sujets sains et notamment des athlètes, il est capable de booster l’endurance physique. Il conduit aussi à une meilleure utilisation de l’oxygène au niveau des muscles. Le temps de récupération après un effort devient également plus rapide.

Stimulation du système immunitaire

Cette espèce de champignon peut agir sur le système immunitaire en le rendant plus fort face aux attaques extérieures. Ceci s’explique en partie par sa capacité à stimuler la récupération des défenses. Elle semble aussi être efficace contre des pathologies des voies aériennes. Parmi celles-ci figurent surtout l’asthme et les bronchites. (2)

Des observations concluent, en outre, sur ses effets protecteurs sur les reins. D’une part, l’administration du champignon préserve des infections urinaires et des dommages liés à l’ingestion de médicaments ou autres substances. Il réduit aussi le risque de survenue d’une néphropathie (3). D’autre part, il stimule leur fonction en cas d’insuffisance rénale. (4)

Amélioration de la fonction sexuelle

L’une des propriétés thérapeutiques du cordyceps qui fait sa renommée est sa capacité à améliorer une fonction sexuelle déficiente. Elle est tout aussi efficace aussi bien chez l’homme que chez la femme.

Il s’avère aussi être capable d’augmenter le taux des hormones sexuelles ainsi que le nombre de spermatozoïdes chez les hommes. Son utilisation est souvent recommandée en cas de troubles dans la fonction de reproduction.

Son aptitude à traiter les symptômes liés à la ménopause et à l’andropause a aussi été mise en évidence.

Contribution à l’équilibre nerveux

À part ses effets sur la santé physique, ce champignon présente également des bienfaits en cas de troubles psychiques. Il s’agit, en effet, d’un tonique nerveux efficace, capable d’améliorer la résistance face aux perturbations. Parmi celles-ci figurent entre autres les périodes de stress, de dépression ou encore d’anxiété.

Par ailleurs, il aide à améliorer la sensation de bien-être en agissant sur la sécrétion de certaines hormones. Il en est le cas de la sérotonine ou encore de la dopamine.

Conseils d’utilisation du cordyceps

La dose prescrite pour l’usage de ce type de champignon dépend de sa teneur en principes actifs. Elle peut alors varier de 400 mg à 3 g par jour suivant qu’il soit de haute ou de moyenne qualité. Les gélules sont les formes du produit les plus faciles à utiliser. En cas de recours à des poudres, la médication peut être alors prise en décoction. Dans tous les cas, des extraits de cordyceps bio sont recommandés.

Pour s’assurer de l’efficacité et de la durabilité des effets, une cure à faible dose de 3 mois est conseillée. Il faut, toutefois, prendre une pause de 7 jours chaque mois.

Bien que rares, des effets secondaires peuvent accompagner l’utilisation de cette médication chinoise. Il en est le cas de la survenue de troubles digestifs, de somnolences ou d’une apparition d’éruptions cutanées.

Il est, en outre, déconseillé en période de grossesse ou d’allaitement, ainsi qu’en cas de diabète ou de troubles hémorragiques.

Références

(1) Zhu JS. et al . « The Scientific Rediscovery of a Precious Ancient Chinese Herbal Regimen : Cordyceps Sinensis : Part I.» J Altern Complement Med. 1998.
(2) Wang NQ. et al. « Effect of dongchong xiacao Capsule on Airway Inflammation of Asthmatic Patients.» Zhongguo Zhong Yao Za Zhi. 2007.
(3) Lu L. « Study on Effect of Cordyceps sinensis and artemisinin in Preventing Recurrence of Lupus Nephritis.» Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 2002.
(4) Guan YJ, et al. « Effect of Cordyceps sinesis on T-lymphocyte Subsets in Chronic Renal Failure.» Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 1992.

error: Contenu protégé sous copyright