Santé Science
Santé Science » OPC pépin de raisin

OPC pépin de raisin

Un critère important à prendre en compte au moment de l’achat d’un extrait de pépin de raisin en gélule est son titrage en OPC. C’est un des principes actifs présents dans les pépins, mais de quoi il s’agit réellement ? Et pourquoi est-il important de choisir un complément enrichi en cette molécule ?

Présentation de l’OPC du pépin de raisin

pépin de raisin
Le pépin de raisin doit son pouvoir thérapeutique aux oligoproanthocyanidines (OPC)

L’OPC présent dans l’extrait de pépin de raisin en gélule est un polyphénol appartenant à la famille des flavonoïdes. Ce sigle sert à abréger leur nom qui est oligoproanthocyanidines. Il est possible de rencontrer ces composés dans bon nombre d’espèces végétales. Mais les pépins de raisin et l’écorce de pin en sont les plus grandes réserves. Les aliments que nous consommons au quotidien en apportent également, mais à une teneur relativement réduite. Vu que ces substances ne sont pas des nutriments essentiels, aucun apport nutritionnel journalier n’a été établi. Mais cela ne nous empêche toutefois pas d’en consommer pour tirer profit de leurs bienfaits.

Particularités de l’OPC par rapport aux autres antioxydants

À l’instar des autres polyphénols, les OPC exercent une action antioxydante idéale pour lutter contre les méfaits des radicaux libres. Cependant, comparés aux autres antioxydants tels que les vitamines C et E, ces composés sont beaucoup plus puissants. Avec une activité 2 à 5 fois supérieure à celle de ces vitamines.

Ce n’est pas tout, ces flavonoïdes peuvent agir dans n’importe quel milieu, aqueux ou lipidique. Ceci s’explique par leur caractère à la fois hydrophile et lipophile. Ce qui n’est pas le cas de la plupart des antioxydants, à la manière de ces vitamines.

Ces polyphénols ont, par ailleurs, cet avantage unique d’être très faciles à assimiler et hautement biodisponibles. Les OPC atteignent la circulation sanguine en 45 minutes et restent dans l’organisme pendant 72 heures. Ils peuvent toucher, en plus, différents sites de notre corps, y compris la peau, les ongles et les cheveux. Ces vitamines sont, en revanche, éliminées après seulement 2 ou 4 heures au maximum. Grâce à cette qualité, les OPC peuvent optimiser l’activité de l’acide ascorbique, en le rendant plus biodisponible (1).

Propriétés médicinales de l’OPC du pépin de raisin

Les pépins de raisin doivent leurs propriétés médicinales à leurs polyphénols, en particulier aux OPC. Voici un aperçu de leurs bienfaits santé :

Protection de la peau

Une des qualités connues des OPC est de renforcer la structure de la peau. C’est grâce à leur capacité à se lier au collagène, une protéine présente dans cet organe et les tissus conjonctifs. Pour rappel, cette dernière est responsable de l’élasticité de l’épiderme. Les oligoproanthocyanidines peuvent aussi protéger la peau des effets néfastes des substances allergènes et/ou inflammatoires.

Prévention des maladies cardiovasculaires

Qui n’a pas entendu parler du French paradox, un phénomène inhabituel qui a suscité la curiosité les scientifiques ? Les habitants du sud-ouest de la France sembleraient avoir moins de risque de développer des maladies cardiovasculaires. En effet, ils ont pris l’habitude de boire du vin rouge, et ce, malgré leur régime riche en graisses. Ceci est dû à la présence d’OPC dans cette boisson.

En étudiant les effets de l’OPC sur la santé cardiovasculaire, les observateurs ont remarqué que ces composés sont capables de réduire les risques d’athérosclérose. Ils agissent de différentes manières pour ce faire, en inhibant l’oxydation du LDL et améliorant la fonction endothéliale. Par ailleurs, ils favorisent la baisse de la pression sanguine et luttent contre l’inflammation en inhibant l’activité des médiateurs pro-inflammatoires (2).

Actions anticancéreuses

Les oligoproanthocyanidines se montrent comme une aide précieuse dans la lutte contre les cancers. Leur utilisation en complément des traitements classiques permet de favoriser la guérison. Utilisés sur des cellules de cancer du poumon et du sein, ces composés ont exercé une activité cytotoxique. Ils ont déclenché l’apoptose des cellules malades et inhibé leur prolifération. Par contre, ils n’ont eu aucun effet sur les cellules normales. Leur développement comme leur viabilité ont été maintenus (3).

Protection de l’ADN

Des scientifiques ont aussi mis en évidence le pouvoir des OPC du pépin de raisin à protéger l’ADN. Soulignons que les dommages de l’ADN cellulaire sont un des marqueurs du vieillissement.

Utilisés dans des modèles expérimentaux, ces polyphénols ont agi de différentes manières pour protéger les cellules des effets délétères des radicaux libres. D’une part, ceux-ci augmentent les niveaux basaux des antioxydants naturellement présents dans l’organisme. Et d’autre part, ils protègent les cellules du stress oxydatif induit par les espèces réactives d’azote (4).

La prévention de l’altération de l’ADN est un moyen de lutter contre la mort prématurée des cellules. Et donc ralentir le processus du vieillissement.

Extrait de pépin de raisin en gélules : Posologie

Pour bénéficier de tous ces bienfaits santé, investissez uniquement dans un extrait de pépin de raisin en gélule riche en OPC. Prenez le temps de vérifier le titrage du produit en polyphénols totaux et en oligoproanthocyanidines. Certaines marques ne mentionnent que le premier. Ce qui signifie tout simplement que leurs compléments alimentaires sont pauvres en OPC, donc inutiles.

Parmi les marques disponibles sur le marché, nous avons retenu Dynveo titré à 96 % de polyphénols totaux, dont 75 % d’OPC. La posologie conseillée pour ce produit est de 1 gélule de 150 mg par jour. Son activité antioxydante (ORAC) s’élève à 19 000 μMOL TEQ/G. Ce complément est proscrit aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux personnes soumises à des anticoagulants.

Références

(1) Debasis B. et al. « Extraits de proanthocyanidine de raisin : Importance pour la santé et prévention des maladies ». Jul 1999.
(2) Maria J et al. « Proanthocyanidines, anthocyanines et maladies cardiovasculaires ». Vol 59, mai 2014, p 41-52.
(3) Debasis B et al. « Effet chimiopréventif de la proanthocyanidine de pépins de raisin ». Vol 768, oct. 2004, p 69-73.
(4) Recherche sur les mutations/Mécanismes fondamentaux et moléculaires de la mutagenèse. Vol 768, oct. 2004.

error: Contenu protégé sous copyright