Santé Science
Santé Science » Traitements naturels de la boulimie

Traitements naturels de la boulimie

En l’absence d’une prise en charge, la boulimie peut causer diverses complications. Un gonflement des glandes parotides situées sous les joues et une inflammation de l’œsophage surviennent, notamment, dus aux fréquents vomissements. Ces derniers peuvent également favoriser une érosion de l’émail des dents ainsi qu’une importante fatigue. Une déshydratation suivie d’autres troubles apparaît s’il n’y a pas compensation des pertes hydriques. L’absorption d’une quantité importante d’aliments sur une période de temps assez courte peut, en outre, provoquer une rupture gastrique.

La prise fréquente de laxatif ou de diurétiques et le trouble ionique associé peuvent finir par perturber le rythme cardiaque. Outre le risque d’évoluer vers une chronicité, l’addiction à la nourriture entraîne d’autres dépendances, dont à la drogue ou à l’alcool. Dans certains cas, elle devient une anorexie.

Certains traitements sont efficaces pour soigner ce trouble du comportement alimentaire.

Une psychothérapie

boulimie
La thérapie interpersonnelle peut aider dans le traitement de la boulimie

Diverses études s’accordent que le traitement de la boulimie doit inclure une psychothérapie (1). Les scientifiques préconisent notamment la thérapie interpersonnelle qui vise à comprendre les causes sociales du trouble. Elle est surtout efficace si la maladie est liée à une dépression. Il y a aussi la thérapie cognitive et comportementale cherchant surtout à établir de nouvelle relation avec la nourriture. Dans tous les cas, le traitement devra être poursuivi sur une période assez longue pour qu’il y ait efficacité.

Des séances de yoga

Une expérimentation affirme les bienfaits que peuvent apporter des séances de yoga lors de ce type de pathologie (2). Celles-ci étaient menées sur une période de deux mois chez des sujets présentant des perturbations au niveau de la conduite alimentaire. Elles étaient utilisées à titre de traitement secondaire pour la prise en charge des troubles. Ceci s’explique en fait par l’amélioration du bien-être et la relaxation que ces sujets ont pu procurer grâce à cette discipline.

Des activités physiques régulières

Au cours d’une étude, il a pu être observé que des séances d’activités physiques peuvent aider dans la prise en charge de la boulimie (3). Les sujets souffrant de troubles du comportement alimentaire observés ont, en effet, montré une nette amélioration de leur état dépressif. On a aussi constaté une diminution des épisodes de crises. Il est à noter qu’une psychothérapie était associée aux séances de sport tout au long de l’observation.

Une hypnose Ericksonnienne

Certaines études recommandent le recours à l’hypnose Ericksonnienne en cas de perturbation de la conduite alimentaire (4). L’efficacité de ce type d’hypnose repose, en effet, sur sa capacité à pouvoir changer les convictions profondes du boulimique qu’il a sur lui-même. Ce qui peut l’aider alors à vaincre ses troubles psychoémotionnels qui sont à l’origine de ses envies compulsives de se suralimenter.

Du guarana

Lors de cette expérimentation, il a pu être remarqué que le guarana présente des effets antidépresseurs et psychostimulants très efficaces en cas de perturbations psychoémotionnelles. On recommande surtout ce remède naturel lors de crises boulimiques associées à une dépression ou à d’autres troubles psychiatriques.

Pour l’utilisation de ce traitement, on conseille 2 à 4 g par jour pour qu’il y ait efficacité du traitement. Il est conseillé de prendre le remède le matin. Sa prise ne doit pas, par ailleurs, être combinée à certains médicaments, dont des sédatifs, des antidouleurs ou des anticoagulants.

Références

(1) Kass AE et al. «Traitements psychologiques pour les troubles de l’alimentation.» Curr Opin Psychiatry. 2013 Novembre.
(2) Carei TR, et al. «Essais cliniques contrôlés randomisés du yoga dans le traitement des troubles de l’alimentation.» J Adolesc Health. 2010 Avril.
(3) Vancampfort D, et al. « Une revue systématique sur les interventions de thérapie physique pour les patients souffrant de frénésie alimentaire.» Disabil Rehabil. 2013.
(4) Campos AR, et al. « Les effets aigus du guarana sur le comportement de la souris dans les essais de natation forcée et de terrain ouvert. » Phytother Res. 2005.
(5) Campos AR, et al. « Acute effects of guarana (Paullinia cupana Mart.) on Mouse Behaviour in Forced Swimming and Open Field Tests.» Phytother Res. 2005.

error: Contenu protégé sous copyright