Traitements naturels de l’asthme

Mal pris en charge, l’asthme peut conduire à des crises de plus en plus graves ou à des symptômes chroniques. Certains remèdes sont, à cet effet, souvent préconisés pour traiter cette maladie. Parmi ceux-ci, il y a entre autres :

Éviter les facteurs pouvant provoquer les crises

Une meilleure façon de prévenir la survenue d’une crise d’asthme est d’éviter les facteurs qui peuvent irriter les voies aériennes. Il en est notamment du cas des fumées du tabac, des bois de chauffe, des gaz d’échappement. Les sorties doivent aussi être évitées lorsque la pollution atmosphérique est élevée. En cas d’asthme d’origine allergique, tout risque d’exposition aux allergènes doit être écarté. Passer régulièrement l’aspirateur peut, entre autres, aider à contrôler la poussière. Tandis qu’en cas d’humidité, il faut laisser chaque pièce bien aérée pour prévenir les moisissures. La literie ainsi que certains jouets des enfants doivent, en outre, être lavés fréquemment pour prévenir l’installation des acariens. Par ailleurs, en cas d’allergie aux poils d’animaux, mieux vaut éviter d’avoir un animal chez soi.

Privilégier la consommation des aliments d’origine végétale

asthme
Des méthodes simples et naturelles comme adopter un régime végétarien peuvent réduire les symptômes de l’asthme

Diverses études avancent les bienfaits que peut apporter une alimentation privilégiant les produits d’origine végétale en cas d’asthme.

Ceci s’explique, d’une part, selon l’une des études (1) par l’apport important en fibres alimentaires d’un tel régime. Les souris observées ont, en effet, montré une modification dans la composition de leur microbiote intestinal. Le métabolisme des fibres par celui-ci accroît, par la suite, la concentration en acide gras à chaîne courte en circulation. Ce qui a aidé à protéger les modèles contre la survenue de réaction inflammatoire d’origine allergique au niveau pulmonaire. Une amélioration du système immunitaire a été aussi constatée dans leurs poumons.

D’autre part, une telle alimentation constitue une excellente source de flavonoïdes comme la quercétine ou la lutéoline pour l’organisme. Ceux-ci sont, en effet, connus pour leurs propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Ils sont également à même de réguler la libération de l’histamine qui est à l’origine des réactions allergiques. (2)

Gingko biloba

Il a été observé au cours d’un certain nombre d’expérimentations que l’usage de gingko biloba est bénéfique pour les poumons chez les asthmatiques. La plante a, en effet, permis de baisser l’inflammation des bronches chez les modèles animaux étudiés. Une amélioration de la fonction pulmonaire a aussi été constatée. (3)

La dose utilisée lors de ces études a été de 15 g de concentré des feuilles de la plante. À prendre 3 fois par jour.

Lierre grimpant

Certains essais cliniques concluent sur les bienfaits du lierre grimpant sur le fonctionnement du système aérien chez les asthmatiques. Tel effet provient notamment de l’action anti-inflammatoire de la plante sur les voies respiratoires. Elle favorise, par ailleurs, l’expectoration des mucosités et réduit les contractions au niveau des bronches. (4) Ce qui peut aider à limiter le rétrécissement des voies respiratoires observé au cours de cette maladie. Le lierre grimpant doit notamment ses effets thérapeutiques sur la fonction respiratoire aux saponines qu’il renferme.

Le dosage journalier souvent prescrit pour utiliser cette plante est de 300 à 400 mg de feuilles séchées chez l’adulte. Le remède consiste à infuser les feuilles dans de l’eau bouillante durant une dizaine de minutes. Ce qui équivaut à environ 50 à 60 mg d’extraits normalisés.

Vitamine C

Selon des observations scientifiques, les sujets asthmatiques présentent une baisse du taux de vitamines antioxydantes dans le sang. La prise de suppléments est, dès lors, avancée dans diverses publications pour réduire les symptômes de la maladie.

Une étude, en particulier, affirme que des compléments de vitamine C ont permis d’améliorer le fonctionnement pulmonaire des personnes observées (5). Une autre affirme que la vitamine diminue efficacement les spasmes bronchiques induits par l’effort. Les suppléments ont été administrés lors de cette dernière expérimentation au cours des deux jours qui précèdent l’activité physique. (6)

La dose prescrite pour recourir à ce remède est d’environ 500 mg par jour de suppléments de vitamine C. Certes, aucun effet néfaste sur la santé en général n’est encore recensé jusqu’à ce jour en cas de surdosage. Toutefois, ceci est connu comme pouvant favoriser la survenue de calculs rénaux.

Références

(1) Trompette, A. et al. «Métabolisme des fibres alimentaires dans le microbiote intestinal Maladie des voies respiratoires allergiques et hématopoïèse par GPR4.» Nature Medicine. 2014.
(2) Kawai M. et al. «Les flavonoïdes et leurs composés en tant que substances anti-allergiques.» Allergol Int juin 2007.
(3) Huntley A. et al. «Médicaments à base de plantes pour l’asthme: une revue systématique.» Thorax. 2000.
(4) M. Hecker et al. «Efficacité de l’extrait sec de feuilles de lierre chez les enfants asthmatiques. Examen des essais contrôlés randomisés. »Phytomedicine. 2003.
(5) Romieu I. et al. «Supplémentation en antioxydants et fonctions pulmonaires chez les enfants asthmatiques exposés à des concentrations élevées de polluants atmosphériques.» Crit Care Med. 2002.
(6) Schachter EN. et al. «L’atténuation du bronchospasme induit par l’exercice par l’acide ascorbique.» Ann Allergy. 1982.

error: Contenu protégé sous copyright